Aventures au nord de la Namibie

Guépard Namibie
Daily Tour 15 jours & 14 nuits
Namibie Namibie

Résumé de l’itinéraire

Colorée, infinie, majestueuse, surprenante… Autant de superlatifs pour décrire ce territoire aux nombreuses facettes qu’est la Namibie. Ce circuit de 17 jours s’adresse aux amoureux des grands espaces recherchant une vraie proximité avec la nature hors des sentiers battus. Prêt pour vos aventures au nord de la Namibie? Embarquez!

Ce circuit est une véritable expédition en véhicule tout-terrain, alternant les campements dans des cadres naturels exceptionnels et des nuits en lodges ou « guest house ».

Ce voyage vous permettra de découvrir les beautés de la Namibie à votre rythme et saura satisfaire vos envies de dépaysement.

C’est un voyage qui commencera sur la côte à Swakopmund d’où de gigantesques dunes de sable se jettent dans l’océan Atlantique. Vous pourrez survoler le désert du Namib, Sossuvlei et Deadvlei.

Vous longerez la célèbre Skeleton coast (côte des squelettes) où des dizaines d’épaves témoignent des courants puissants de l’Atlantique. Vous serez au cœur des régions les plus fascinantes et les plus sauvages du désert du Namib.

Pour continuer votre découverte des somptueux paysages de la Namibie, vous rejoindrez les grands espaces du Damaraland où subsiste une faune sauvage d’exception : rhinocéros noirs, éléphants, lions, girafes et zèbres des montagnes adaptés au climat aride du Namib. Visitez l’oasis de Palmwag, ses éléphants du désert et ses palmiers Makalani.

Au cours de cet itinéraire scrupuleusement conçu, l’accent est mis sur les beautés naturelles de la région du Kunene, terres ancestrales du peuple Himba.

Le périple continue hors des sentiers battus en direction des magnifiques chutes d’Epupa et de Ruacana sur la rivière Kunene, frontière naturelle avec l’Angola.

Le voyage s’achèvera avec le parc d’Etosha dont la réputation n’est plus à faire et un safari « spécial félins » dans la réserve privée d’Okonjima.

À partir de 3 360€/pers – sur la base de 2 personnes


Sont inclus.e.s
  • Hébergements en chambre double/twin B&B
  • 9 dîners
  • Location d’un 4×4 (Toyota Hilux ou similaire)
    Franchise de R 45 000 (environ 2 800€); pour une franchise réduite, ajouter R 450 par jour de location
  • 1 safari en 4×4 à Dolomite Camp
  • E-carnet de voyage
  • Frais de dossier

Ne sont pas inclus.e.s
  • Vols internationaux
  • Repas non inclus au programme
  • Activités et visites
  • Suppléments liés à la voiture (essence, GPS, 2nd conducteur, rachat de franchise etc.)
  • Entrées dans les sites, parcs et réserves
  • Assurances annulation/santé/rapatriement
  • Dépenses personnelles
  • Pourboires

Points forts

  • Un itinéraire hors des sentiers battus à la découverte de la Namibie authentique en famille ou entre amis
  • Une boucle de 2 500km en 4×4 tout équipé avec GPS et un road book complet (carte, itinéraires, conseils etc.)
  • La station balnéaire de Swakopmund : une multitude d’activités optionnelles à faire
  • La colonie d’otaries de Cape Cross compte près de 60 000 individus
  • La célèbre côte des squelettes (Skeleton coast) et ses épaves
  • La région du Damaraland, ses éléphants du désert et ses couchers de soleil grandioses
  • La région de Kunene à la rencontre du peuple Himba
  • Les Chutes d’Epupa et le fleuve Kunene sur lequel faire du rafting ou canoë
  • 3 jours de safaris dans le Parc National Etosha

Galerie photos “Aventures au nord de la Namibie”

Jour 1 : Arrivée en Namibie (Windhoek)

Bienvenue en Namibie et à Windhoek.

Une fois vos formalités d’immigration effectuées et vos bagages en main, vous serez accueillis par notre assistant Francophone. Il vous conduira vers le centre-ville de la capitale namibienne et votre hébergement situé dans le quartier de Klein Windhoek.

Votre voyage commencera plutôt bien… Autour d’un verre, votre guide vous détaillera votre parcours en vous donnant tous les conseils et documents utiles à votre séjour. Il répondra à toutes les questions que vous pourriez avoir.

En fonction de l’heure à laquelle vous arriverez, nous vous conseillons une rapide visite de Windhoek.

L’influence de l’époque coloniale allemande est encore visible aujourd’hui : restaurants allemands, plusieurs noms de rues allemands, bière allemande, pain et saucisses. Dans certains magasins, il est même possible de communiquer en allemand même si la langue officielle en Namibie est l’anglais.

Vous pourrez découvrir la Christuskirche, église emblématique de la ville de style Art Nouveau, l’ancien fort aujourd’hui musée de l’indépendance ou bien le marché artisanal sur Independence Avenue.

Vous pourrez vous déplacer en taxi si nécessaire. Toutefois, après un long trajet depuis votre destination de départ, profitez d’un agréable moment de détente et d’une bonne nuit de sommeil avant de partir pour 2 semaines d’aventures à travers le pays.

Vous pourrez dîner sur place (à votre charge).

Nuit en chambre double/twin B&B à Naankuse @Utopia (ou similaire).

Jour 2 : Route vers Swakopmund – 350km – 3h15

Après la prise en main de votre véhicule 4×4, vous prendrez la route vers le nord, vous vous arrêterez à Okahandja surnommé la « Garden Town of Namibia ».

Cette ville de 25 000 habitants est un haut lieu d’histoire et de culture du peuple Herero. Un certain nombre de figures historiques namibiennes sont enterrées à Okahandja, parmi lesquelles Maharero, Jan Jonker Afrikaner, Hosea Kutako et Clemens Kapuuo.

Okahandja fait référence à l’endroit où deux rivières (Okakango et Okamita) se jettent l’une dans l’autre pour former plus une large à Otjiherero. Le barrage de Von Bach est situé à l’extérieur d’Okahandja. Il fournit la quasi-totalité de l’eau de Windhoek.

Vous y trouverez notamment un marché d’artisanat local, idéal pour faire le plein de souvenirs pour vos proches (il sera possible de s’y arrêter à la fin du voyage sur votre route de retour)! Vous pourrez y trouver des pièces magnifiquement sculptées de bonne qualité et à des prix raisonnables.

La règle d’or de tout achat est d’abord la négociation. C’est tout un art mais l’important est de garder le sourire, être poli et être heureux de son achat.

Vous quitterez la ville en bifurquant vers l’ouest sur la route B2 en direction de Swakopmund.

Fondée en 1892, cette ville de 34 000 habitants à une forte connotation Allemande, largement visible notamment à travers son architecture et sa gastronomie.

La ville est située au milieu des dunes du Namib près de l’embouchure de la rivière Swakop.

Pendant la période coloniale, Swakopmund était un port important, bien que les conditions n’étaient pas vraiment favorables (eaux peu profondes, éloignement par rapport port de Lüderitz et Walvis Bay sous occupation britannique). Néanmoins un port artificiel fut construit à partir de 1894 puis, en 1902, la première ligne ferroviaire entre Swakopmund et Windhoek fut inaugurée. Le relief et l distance jusqu’à Windhoek (382 km) nécessitent que la voie ferrée monte à 1 673 mètres d’altitude.

Vous séjournerez 2 nuits dans cette charmante petite bourgade.

L’une des curiosités à découvrir à seulement 50km de Swakopmund est la Welwitschia Mirabilis. C’est une plante endémique du désert du Namib, découverte par Friedrich Welwitsch en 1859.

Un spécimen célèbre, qui aurait au moins 1 000 ans, se trouve sur la Welwitschia-Drive. Afin de protéger cette plante mythique, un enclos a été construit autour. Dans l’ensemble de la « plaine aux Welwitschia », on estime à 6 000 le nombre de plantes.

Le deuxième nom du Welwitschia, à savoir mirabilis, est dérivé du latin signifiant « merveilleux ». Néanmoins, il n’est pas garanti que le premier mot qui vous vienne à l’esprit soit « mirabilis » à la vue de la plante !

Dîner libre et nuit en chambre double/twin à Desert Breeze Lodge (ou similaire).

Jour 3 :  Journée à Swakopmund et Walvis Bay

La ville de Swakopmund vit aujourd’hui principalement du tourisme. En effet, elle offre un large choix d’activités pour tous les âges et tous les centres d’intérêt.

Les excursions que vous aurez choisies devront être réservées, soit par notre intermédiaire soit directement sur place au moins 5 jours à l’avance.

Notre article sur nos activités préférées à faire à Swakopmund et Walvis Bay sur notre blog ici.

Voici une liste non-exhaustive des activités disponibles sur place :

Survol des dunes en avion (1h30 à 2h15) : prenez de la hauteur pour découvrir les paysages grandioses du Namib, en avion de type Cessna. Il existe différentes formules vous permettant le survol de la partie sud, dont les célèbres sites de Sossusvlei et Deadvlei, ou la partie nord et la côte des squelettes (Skeleton Coast) avec ses nombreuses épaves de navire.

Excursion en 4×4 vers Sandwich Harbour (1/2 journée ou journée entière). Le lagon, les marais salants et le sanctuaire d’oiseaux forment l’un des cinq sites Ramsar de Namibie. Des dunes géantes se jettent dans l’océan, créant des paysages à couper le souffle. Sensations fortes garanties !

Excursion Living desert (1/2 journée) : une expédition en 4×4 dans les dunes avec guide local à la recherche des mystérieuses créatures qui peuplent le désert (lézards, geckos, araignées, serpents, caméléons, insectes, etc.).

Balade en bateau à Walvis Bay : Cette excursion très instructive vous fera découvrir les oiseaux et mammifères marins qui vivent dans cette région. L’itinéraire débute par les parcs à huîtres près du phare de Pelican Point et ses otaries à fourrure du Cap. Vous pourrez aussi observer goélands, cormorans, pélicans et flamands roses. En saison (de juillet à novembre), de grands mammifères tels que la baleine franche australe et le rorqual à bosse sont souvent repérés. Les dauphins, tout comme le poisson-lune (mola mola) et les tortues luth, sont eux aussi fréquemment observés.

Des activités sportives pour faire monter votre niveau d’adrénaline : saut en parachute à 12 000 pieds au-dessus du désert (seul ou en tandem), excursion guidée en quad dans les dunes (entre 1 et 3h), sand boarding, une sorte de « surf des sables » et pour les plus courageux, un plongeon dans les eaux de l’Atlantique…

La ville dispose également d’un aquarium, un vivarium et un musée des minéraux (Kristall Gallery).

Le musée fut créé en 1951 par le Dr Alfons Weber à la suite d’un concours organisé par la municipalité pour rendre la ville plus attractive. Il abrite non seulement une large sélection de minéraux (principalement issus de la région de Tsumeb, à l’est d’Etosha) mais aussi une grande variété d’objets (livres, artefacts, cartes, outils etc.) provenant de l’ensemble de la Namibie.

Pour vos repas (à votre charge, sauf petit-déjeuner), un large choix de restaurant s’offre à vous : du restaurant gastronomique ou fast food, en passant par le pub et le restaurant de poissons.

Dîner libre (à votre charge) et nuit en chambre double/twin B&B à Desert Breeze Lodge (ou similaire).

Jour 4 : Colonie d’otaries de Cape Cross et route vers le Damaraland – 400km – 4h45

Avant de quitter Swakop’, il vous faudra faire le plein de carburant et de quoi vous restaurer pour le déjeuner (vous ne trouverez aucun restaurant jusqu’à votre arrivée en début d’après-midi).

Vous longerez la côte sur la C34 vers le nord via Henties Bay. Cette petite ville est très populaire auprès des touristes Namibiens amateurs de pêche et de 4×4 durant les vacances d’été (décembre).

Vous arriverez ensuite à la réserve de Cape Cross.

D’abord, le lieu revêt un caractère historique important ; le navigateur Portugais Diogo Cão atteignit Cape Cross en janvier 1486, devenant le premier Européen à visiter cette région. Il y érigea un padrão (stèle en forme de croix). Le nom actuel du lieu en est dérivé. Les 2 stèles qui se trouvent aujourd’hui à Cape Cross, sont deux répliques.

Aujourd’hui, Cape Cross est une réserve protégée qui abrite l’une des plus grandes colonies d’otaries à fourrure du Cap (Arctocephalus pusillus) au monde.

Il y a quelques différences entre les otaries à fourrure et les « vraies » otaries. Premièrement, les otaries à fourrure ont de petites oreilles sur les côtés de la tête, tandis que les vraies otaries n’ont pas d’oreilles externes. Les otaries à fourrure ont également de plus grandes nageoires avant, qu’elles utilisent pour se propulser dans l’eau, contrairement aux « vraies » otaries qui se déplacent à l’aide de leurs nageoires arrière.

Vous aurez l’opportunité de les observer et les photographier de très près si vous arrivez à braver les cris assourdissants et les odeurs nauséabondes (selon la direction du vent).

A la période des naissances, en octobre/novembre, les bébés font augmenter la population à plus de 100 000 animaux.

Alors que les mâles sont en mer, les femelles se chamaillent en criant et gesticulant pour sécuriser les meilleures places sur la plage.

A l’âge adulte, les mâles pèsent jusqu’à 350 kg et les femelles pèsent environ 80 kg, mais peuvent atteindre 150 kg.

Vous continuerez à longer la côte des squelettes (Skeleton Coast) jusqu’à Torra Bay. Le nom dérive très probablement du grand nombre de baleines échouées dont les squelettes envahissaient les plages.

De nombreux navires se sont échoués sur la côte des squelettes du fait du brouillard épais, la mer agitée, les courants imprévisibles et les tempêtes fréquentes.

Malgré le caractère hostile de la Skeleton Coast, il y a un certain nombre d’animaux sauvages qui y vivent : éléphants, rhinocéros, lions, hyènes brunes, chacals, girafes, oryx, kudus et zèbres.

Ces herbivores survivent grâce à des plantes incroyablement adaptées aux zones arides et dépendantes uniquement du brouillard quotidien de l’océan Atlantique. C’est le cas du melon Nara (Acanthosicyos horridus). On le trouve presque exclusivement ici dans les dunes de sable. La plante est sans feuilles, les tiges et les épines servent d’organes photosynthétiques à la plante.

La partie sud du Skeleton Coast National Park qui s’étend de la rivière Ugab jusqu’à la baie de Torra, est librement accessible. Cependant, à partir de la porte d’entrée d’Ugabmund, un permis est obligatoire (il peut être acheté à Swakopmund ou directement à la porte).

La partie nord de Torra Bay jusqu’à la frontière angolaise n’est pas accessible. Cette zone ne peut être atteinte qu’avec une agence de voyage détenant un permis spécifique.

Vous quitterez le parc par la porte de Springbockwater et pénètrerez ensuite dans l’incroyable région du Damaraland.

Vous arriverez à votre hébergement en début d’après-midi. Vous séjournerez en demi-pension (hors boissons) pour 2 nuits à Palmwag Lodge (ou similaire) niché au cœur des palmiers makalanis.

C’est dans région, l’un des derniers espaces sauvages d’Afrique, que le rhinocéros noir (Diceros bicornis) a trouvé refuge.

Pouvant peser jusqu’à 1,3 tonnes, le rhinocéros noir est une espèce menacée d’extinction. Seulement 5 600 individus vivent aujourd’hui en liberté dans le monde, dont la moitié en Namibie.

Pourquoi le rhinocéros noir n’est-il pas noir ? La réponse dans notre article rhino blanc vs rhino noir sur notre blog ici.

Son museau relativement large avec une lèvre préhensile est adapté pour saisir les branches et les feuilles qui constituent son menu journalier. Malgré sa corpulence, il peut parcourir 100m en seulement 8 secondes soit un peu plus rapide que le record du monde du 100m détenu par Usain Bolt. Les rhinocéros n’ont pas une très bonne vue mais peuvent détecter une silhouette humaine à environ 100 mètres.

Palmwag héberge l’association Save the rhino Trust qui tente de suivre la population de rhinocéros présente dans cette région, en luttant contre le braconnage et en éduquant la population locale.

Dîner (inclus) et nuit en chalet double/twin B&B à Palmwag Lodge (ou similaire).

Jour 5 : Damaraland – Concession de Palmwag

Aujourd’hui vous pourrez prendre part à une randonnée guidée (1h30), une exploration d’une matinée (safari de 4h) ou d’une journée entière à travers les 582 000 hectares de la Concession de Palmwag, vaste aire de conservation de la faune. Ces activités sont optionnelles et restent à votre charge.

Découvrez à pied ou en 4×4 ce véritable refuge pour les fameux lions et éléphants du désert qui suivent les rivières, artères sources de vie.

Vous pourrez aussi pister les rhinocéros noirs à pied avec un ranger et découvrir ce métier fascinant.

Tentez votre chance à la traque de 2 des big 4 Namibiens : l’éléphant (du désert) et le rhinocéros noir.

Il ne reste que quelques-uns de ces fameux éléphants adaptés au désert !

Ces animaux sont capables de survivre dans des conditions extrêmes qui seraient fatales pour tout autre éléphant.

La localisation de ces éléphants dépend fortement de la pluviométrie récente. Ces animaux parcourent de longues distances pour s’alimenter et s’abreuver ; jusqu’à 70km par jour.

Il est dit que les matriarches qui guident les troupeaux mémorisent les sources d’eau et les conduisent ainsi chaque année vers les mêmes endroits.

Un petit nombre de rhinocéros noirs survit également dans ces zones désertiques, ainsi que des zèbres des montagnes, oryx, kudu, springbok, autruches et girafes.

Vous ferez une pause en pleine nature pour déguster un café et un muffin autour d’une discussion animée avec votre guide et compagnons de safari du jour.

Il n’est néanmoins pas rare de recevoir la visite d’éléphants aussi dans l’enceinte du lodge. La bonne attitude à adopter dans ce cas est de garder ses distances. Ne surtout pas s’approcher pour faire des photos par exemple.

Déjeuner libre (à votre charge).

Dans l’après-midi, vous profiterez de ce temps libre pour vous reposer des longs trajets en 4×4, votre dos vous remerciera. Alternativement, vous pourrez faire un (autre) safari en 4×4 à la recherche des animaux de la région (en supplément).

Les couchers de soleil de Palmwag valent à eux seuls le déplacement. La palette de couleurs qui illuminent l’horizon avec les palmiers en ombre chinoise constituera une excellente opportunité photographique.

Nos conseils de pro pour un coucher de soleil réussi, c’est ici avec Audrey, notre photographe.

Installez-vous confortablement pour écouter le chant nuptial des geckos et admirez le lever de la Lune à l’horizon. Laissez-vous porter par la beauté des lieux et ressentez ce profond sentiment de paix intérieure.

Dîner (inclus) et nuit en chalet double/twin B&B à Palmwag Lodge (ou similaire).

Jour 6 : Route vers le Koakoland – Territoire Himba – Opuwo – 240km – 3h30

Vous quitterez Palmwag après le petit-déjeuner pour une matinée de route vers le nord et la région du Kaokoland, terres du peuple Himba.

Après 1h30 de trajet, vous traverserez le lit de rivière Hoanib à proximité de la ville de Sesfontein. Le nom signifie “six fontaines” en raison de la présence de sources dans la région. La ville se trouve dans la région de transition entre Damaraland et Kaokoland. Aujourd’hui, ces deux zones géographiques sont regroupées en une seule région administrative : Kunene.

Si nécessaire, vous pourrez y faire le plein et faire une pause-café dans l’ancien fort colonial allemand rénové.

Erigé en 1896 en tant qu’avant-poste de police par les soldats allemands, il fut abandonné en 1914 et tomba en ruine peu de temps après. Il fut rénové dans les années 1990 et accueille désormais les touristes. Les palmiers du fort ont été plantés par les soldats allemands stationnés au fort pour lutter contre la contrebande d’armes et le braconnage d’éléphants et de rhinocéros.

Vous continuez votre périple sur ces terres désolées et inhabitées.

Sur votre route, vous ne manquerez pas d’apercevoir une plante typique de la région : Euphorbia damarana. Cette plante se compose de tiges grisâtres pouvant atteindre les 2,5m de haut. La plante est considérée comme l’une des plantes les plus toxiques de Namibie. Le latex qu’elle contient est hautement toxique donc n’y touchez pas ! Les San l’utilisaient pour chasser. Ils trempaient le bout de leurs flèches dans ce liquide blanc avant de viser leurs proies, leur causant grande peine et permettant une chasse plus efficace.

La vraie aventure débute ici ! Votre 4×4 sera mis à rude épreuve et vous devrez faire preuve de patience et de dextérité dans l’avance de votre trajet vers Opuwo.

Vous arriverez dans la capitale de la région du Kunene comptant environ 5 000 habitants.

Vous séjournerez sur les hauteurs de la ville au magnifique Opuwo Country Lodge (ou similaire) loin du brouhaha de la ville.

Déjeuner libre (à votre charge).

Vous avez ensuite rendez-vous avec votre guide bilingue Anglais et OtjiHimba pour une après-midi de rencontre avec ce peuple mythique.

Tout comme les Hereros, les OvaHimbas (ou Himbas) appartiennent au groupe linguistique Bantou, arrivés de la région des grands lacs au 16ème siècle. Parce que les éleveurs Ovambo et Nama s’étaient déjà installés sur les meilleures terres du pays, ils n’eurent d’autre choix que de s’installer dans le Kaokoland à la terre peu fertile.

Pourtant éleveurs, les Himbas furent forcés d’adopter un style de vie semi-nomade, de déplaçant d’un « campement » provisoire à l’autre, les rendant ainsi vulnérables aux attaques. Au milieu du 19ème siècle, ils furent contraints de se réfugier en Angola où certains trouvèrent du travail.

Après la fin de la période coloniale allemande, les Himbas traversèrent à nouveau la rivière Kunene pour retourner sur leurs terres. La période d’occupation sud-africaine ne fut guère plus facile. Ils furent contraints dans cette partie inhospitalière du pays sans aucun liberté de mouvement.

En 1970, les Himbas détenaient plus de 130 000 têtes de bétail, des dizaines de milliers de moutons et de chèvres. Mais la terrible sécheresse des années 80 et les sept années de guerre entre l’armée sud-africaine et la SWAPO ont une nouvelle fois décimé leur bétail.

Le développement du tourisme dans la région a aussi bouleversé le quotidien des Himbas et de plus en plus se rapprochent des villes (notamment Opuwo), Windhoek et même Swakopmund, en quête de travail ou de revenus liés au tourisme (vente d’artisanat, visites de villages).

Le lodge a un accord avec les chefs de villages locaux et une rotation est effectuée entre les différents villages visités par les touristes. Une partie de l’argent payé pour cette visite est reversé directement aux membres de la famille visitée. Vous aurez aussi la possibilité d’effectuer des achats (farine, huile, sucre, sel etc.) pour donner à vos hôtes si vous le souhaitez. Si vous souhaitez faire un don d’autre chose, consultez d’abord votre guide pour savoir si celui-ci est approprié ; dans le cas contraire, il pourra vous orienter vers une association où déposer vos dons.

Une fois arrivée devant l’entrée du village, votre guide demandera officiellement au chef du village l’autorisation d’y pénétrer. Ce sont les formules de politesse de base. Si l’autorisation vous est donnée, vous serez alors accueillis au sein de la famille pour découvrir la culture et les traditions Himbas lors de cette après-midi inoubliable.

La place des femmes dans la société Himba est primordiale. Elles ont la charge de nombreuses tâches quotidiennes : récolte de l’eau et du bois, construction des huttes, traite des vaches, préparation des repas et bien sûr prendre soin des enfants.

L’esthétique constitue l’une des activités favorites des femmes Himbas : Elles s’enduisent le corps avec de l’otjize, un mélange de graisse et d’ocre, censé protéger leur peau contre le climat rigoureux. On dit que le mélange rouge symbolise la riche couleur rouge de la terre et le sang qui symbolise la vie.

Les coiffures indiquent l’âge et le statut social. A chaque étape fondamentale de la vie (naissance, puberté, mariage etc.) la coiffure change. Par exemple, après la cérémonie de puberté, la jeune fille reçoit la coiffe ekori, une peau de mouton ou de chèvre tannée à trois pointes en forme de feuille, souvent décorée de perles de fer.

Les hommes et les femmes portent un grand nombre de colliers, de bracelets de bras, faits de perles de coquille d’œuf d’autruche, d’herbe, de tissu et de cuivre et pesant jusqu’à 40 kg, ainsi que des bracelets autour des jambes.

Les femmes adultes portent des bracelets de cheville en perles, de manière à protéger leurs jambes contre les piqûres d’animaux venimeux.

Cette opportunité exceptionnelle de rencontrer et d’échanger avec les Himbas sera l’un des points forts de votre voyage.

Nous ne faisons pas la promotion de visites inappropriées et en conflit avec les coutumes et traditions locales. Ces visites sont authentiques, bien que régulières et orchestrées entre le lodge et les communautés locales. L’accord passé entre ces 2 parties est transparent.

Nous tentons au maximum de favoriser l’échange et non la communication unilatérale. Vous serez invités à vous exprimer et partager votre expérience et parcours de vie par l’intermédiaire de votre guide/traducteur ; tout comme le ferons les personnes rencontrées sur place.

Les photographies ne sont autorisées qu’après accord explicite du chef du village ET la personne(s) photographiée(s) tout en respectant leur intimité.

Tout comportement inopportun pourra conduire la visite à être interrompue.

Vous serez de retour au lodge en fin de journée où vous pourrez peut-être déguster une spécialité locale (sous réserve de disponibilité) : les chenilles de Mopane grillées (Gonimbrasia belina) sont très riches en protéines. Elles sont frites jusqu’à ce qu’elles soient croquantes ou cuites avec de l’oignon, des tomates et des épices, puis servis avec du pap (sorte de polenta).

Dîner (inclus) et nuit en chambre double/twin B&B à Opuwo Country Lodge (ou similaire).

Jour 7 : Chutes d’Epupa – 180km – 2h45 – UNIQUEMENT D’AVRIL à OCTOBRE

Vous quitterez Opuwo direction plein nord vers l’Angola.

Avant de partir il est conseillé de faire le plein de carburant, d’eau et de nourriture, les possibilités de ravitaillement sont rares à Epupa.

Sur votre trajet, vous croiserez certainement des Himbas. La plupart d’entre eux vivent à plusieurs dizaines de kilomètres des villes de façon totalement autonome.

Grâce à leur bétail et aux cultures qu’ils assurent, ils vivent en quasi-autarcie loin des sociétés modernes. Cette éloignement géographique et social est toutefois de moins en moins vivable dans un contexte de modernité à outrance. Une grande partie de ce peuple « rejette » les soins médicaux modernes et l’éducation « à l’occidentale », mais une récente transformation a conduit la génération actuelle a quitté les villages en quête de travail en ville. Quel avenir pour ce peuple et sa culture ? La question reste posée…

Vous arriverez en fin de matinée au bord de la rivière Kunene, frontière naturelle entre la Namibie et l’Angola, dans la petite ville d’Epupa. Elle est l’une des cinq rivières pérennes de Namibie. Néanmoins, le niveau de l’eau dépend de la pluviométrie annuelle et influence le spectacle naturel que sont les chutes d’Epupa.

Le fleuve frontalier entre les deux pays, le Kunene, descend dans une gorge de 40 mètres de profondeur aux chutes d’Epupa près du village voisin d’Epupa. En Herero, Epupa signifie « eau qui tombe ».

La rivière mesure environ 0,5km de large dans cette zone et forme une série de chutes d’eau sur une longueur de 1,5km, la plus grande chute atteignant 37 mètres de hauteur.

Un projet de barrage sur la rivière Kunene fut longtemps en pourparlers mais heureusement abandonné ! Il aurait recouvert 300 km² de terres pastorales Himbas et engendré un désastre écologique.

Vous découvrirez la magie de ce lieu avec des couleurs splendides, des palmiers et baobabs accrochés aux rochers.

Dans l’après-midi, vous pourrez participer à l’une des excursions proposées par le lodge (à votre charge).

Etant toujours sur le territoire Himba, le lodge vous propose, ici aussi, de visiter un ou plusieurs villages Himba. Cela peut être intéressant de faire une seconde visite, après avoir pris du recul sur la première, peut être aurez-vous des questions supplémentaires ou tout simplement, cette fois, peut être serez-vous plus à l’aise et pourrez en profiter à 100%…

Vous pourrez aussi faire une randonnée en amont et en aval des chutes avec un guide pour découvrir la faune et la flore de cette région. Les crocodiles de la rivière Kunene sont impressionnants !

Notre suggestion : faire la balade au coucher du soleil pour des couleurs splendides et des chutes encore plus belles !

Dîner (inclus) et nuit en chalet double/twin B&B à Epupa Falls Lodge (ou similaire).

Jour 8 et 9 : Sur les bords de la rivière Kunene – 160km – 2h30

Vous quitterez les chutes d’Epupa pour rejoindre le fleuve Kunene à quelques dizaines de kilomètres en amont. Il n’est pas possible de longer le fleuve en voiture. Il vous faudra donc rebrousser chemin et après 2h30 de trajet vous arriverez à nouveau sur le bord de la rivière. Vous y séjournerez pour 2 nuits en demi-pension au Kunene River lodge (ou similaire).

Le lodge propose diverses activités auxquelles vous pourrez vous consacrer durant les 2 prochaines jours. Profitez de cette escapade « verte » (par rapport aux paysages de désert de 95% du voyage) pour vous détendre ou faire quelques brasses dans la piscine.

L’avifaune abonde dans les environs du lodge ; on dénombre près de 300 espèces différentes. La terrasse est un endroit idéal pour se détendre et attendre l’apparition de différentes espèces d’oiseaux. Le lodge propose une croisière d’observation des oiseaux sur la rivière tôt le matin avec un guide ornithologue. Parmi les 300 espèces, certaines sont endémiques à la région, notamment le Cossyphe des grottes (Cossypha ansorgei) l’Astrild de Sao Tomé (Estrilda thomensis) ou encore Cichladuse à queue rousse (Cichladusa ruficauda).

Vous pourrez aussi louer des canoës pour partir (seul) à l’aventure sur ce fleuve mythique ! Attention aux crocodiles !

Amateurs de pêche, sachez qu’il y a plus de 60 espèces de poissons dans la rivière Kunene avec entre autres : tilapia, poisson-chat et il y a aussi quelques brochets. Le matériel peut être loué sur place (en supplément).

Notre suggestion : la croisière au coucher du soleil. Observez la faune et les teintes changeantes du paysage alors qu’elles se transforment comme par magie, amplifiées par les reflets de l’eau qui ondule, alors que le soleil plonge seconde par seconde, et toujours plus rapidement, derrière les montagnes lointaines.

Détendez-vous avec un verre et regarder le spectacle depuis le point de vue idéal de la terrasse au bord du bar. Le niveau d’eau permettant la croisière au coucher du soleil va à l’extrémité inférieure des rapides qui se trouvent à l’est du lodge.

Déjeuners libres (à votre charge).

Dîners (inclus) et nuits en chambre double/twin B&B à Kunene River Lodge (ou similaire).

Jour 10 : Safari dans le Parc National Etosha – Ouest – Dolomite camp

Nouvelles journées, nouvelles étapes ! Vous partez aujourd’hui à la découverte de la faune du Parc National Etosha, considéré comme l’un des plus importants parcs d’Afrique. Amoureux de faune sauvage, vous allez êtres gâtés.

Vous (re)passerez par Opuwo en direction du parc auquel vous accèderez par l’ouest et la zone réservée aux clients du camp Dolomite où vous séjournerez ce soir.

La faune dans cette région s’est développée sans l’influence touristique du reste du parc et des espèces rares comme le rhinocéros noir et l’impala à face noire s’y sont établis. L’accès à cette partie du parc est réservé aux personnes qui logent dans le camp Dolomite.

La région est riche en points d’eau qui attirent éléphants, rhinocéros, léopards, lions, springboks, oryx et bubales. L’avifaune est aussi prolifique. Avec pas moins de 15 points d’eau, les observations de la faune offrent d’excellentes opportunités photographiques. Les rhinocéros sont souvent repérés au point d’eau Klippan.

Vous arriverez en fin de matinée au camp NWR Dolomite. Les formations géologiques (dolomite) présentes dans la région donnent son nom au lieu.

Niché sur les hauteurs d’une petite colline, le camp offre une vue splendide sur les environs. Il n’est pas clôturé, permettant aux animaux de se déplacer librement entre les tentes et la zone communale. Cependant, avec des escortes personnelles, votre sécurité est garantie à tout moment.

Déjeuner (à votre charge) sur place.

En milieu d’après-midi, vous partirez pour un safari en 4×4 avec les guides du lodge (inclus). Les safaris offerts par le camp vous amènent dans les zones les plus exclusives du parc, généralement uniquement réservées aux scientifiques.

Vous serez de retour en fin de journée, à temps pour déguster un verre d’Amarula bien frais sur la terrasse avant de passer à table.

Dîner (inclus) et nuit en chalet double/twin B&B à Dolomite Camp (ou similaire).

Jour 11 et 12 : Safari dans le Parc National Etosha – Okaukuejo camp

Vous quittez le camp pour 2 journées complètes de safari au cœur du parc. Vous passerez ces 2 nuits au centre d’Etosha, au camp d’Okaukuejo (prononcé « oka-kuoe-yo).

Etosha couvre une surface de près de 23 000km² dont 5 000km² constitué de l’Etosha Pan. Inauguré en 1907, il couvrait, à l’époque, une surface de 80 000km². Pour des motifs politiques, sa superficie diminua progressivement, jusqu’à atteindre sa surface actuelle en 1975.

Etosha offre sans conteste l’un des plus beaux panoramas de la faune sauvage africaine où cohabitent 114 espèces de mammifères, 340 espèces d’oiseaux et 110 espèces de reptiles.

Connaissez-vous les Big 4 d’Etosha ? Léopards, lions, rhinocéros et éléphants (pas de buffles dans Etosha).

Ils sont présents ici et peuvent être observés aux nombreux points d’eau. C’est en vous déplaçant, des uns aux autres, que vous pourrez admirer, notamment pendant la saison sèche (mai à octobre), les troupeaux d’animaux venus s’abreuver. Eléphants, girafes, zèbres, oryx, Kudus… Le manque d’eau les conduit à se rassembler à proximité des points d’eau. Cet afflux d’herbivores invite les prédateurs dans les environs. Les scènes de chasse sont grandioses. Il est donc judicieux de se garer et d’attendre patiemment l’arrivée des quadrupèdes. Le spectacle de la nature, parfois cruel, se déroule devant vos yeux.

Nos conseils pour un safari réussi sont ici et les conseils photo de notre photographe animalier sont à retrouver ici sur notre blog.

A Okaukuejo, vous aurez la possibilité de vous rendre au point d’eau en bordure du camp, accessible 24h/24. Profitez de la vue, en tout sécurité derrière les clôtures, pour observer les animaux venus s’abreuver. Eclairé la nuit, il est fascinant d’observer le déplacement de nombreux animaux et la hiérarchie qui s’opèrent entre eux, avec une mention spéciale pour le rhinocéros noir.

Autour du point d’eau, vous remarquerez sans doute les nids de tisserands communautaires (Philetairus socius). Ces nids sont les plus grands construits par un oiseau. Ils peuvent abriter plus d’une centaine de couples. Le nid apparaît comme une grosse botte de foin dans l’arbre. Aperçu d’en dessous, les entrées des « chambres » sont visibles, donnant un aspect en nid d’abeille. Toutefois faites attention car ces nids sont souvent affectionnés par les serpents et les guêpes.

Ils sont très structurés et permettent un contrôle de la température : les « chambres » centrales retiennent la chaleur et sont utilisées pour le repos nocturne. Les « chambres » extérieures sont ombragées pendant la journée et maintiennent des températures de 7 à 8°.

Durant votre séjour, vous visiterez l’Etosha Pan. D’une superficie de 5.000 km², cette énorme cuvette saline, privée de végétation et dorée par le soleil chaud de l’Afrique, provoque des mirages à couper le souffle.

Ici, tous les animaux convergent en bordure de la saline pour s’abreuver dans les points d’eau. Il y a donc fort à parier que vous pourriez observer girafes, zèbres, éléphants, springboks, etc. N’hésitez pas à visiter les divers points d’eaux de cet ancien lac salé où vous aurez sous vos yeux ces importants regroupements d’animaux : Okondeka (à l’ouest) et Salvadora (au centre).

Repas libres (à votre charge) et nuits en chalet double/twin B&B au camp d’Okaukuejo (ou similaire).

Jour 13 : Safari dans la réserve d’Okonjima – AfriCat – 250km – 2h45

Vous quitterez le parc après quelques derniers instants magiques au point d’eau d’Ombika. Il est temps de dire au revoir au temple Namibien de la faune sauvage.

Après 1h de trajet, sur la route goudronnée B1, vous arriverez à Outjo, porte d’accès au parc. Cette petite ville de 7 000 habitants, vit essentiellement du tourisme de passage depuis/vers Etosha.

Vous pourrez faire un arrêt gourmand à la boulangerie Bäckerei Outjo qui propose de délicieuses spécialités salées et sucrées.

Vous continuez votre route vers le sud, avec votre prochaine ville, Otjiwarongo. Le nom est dérivé de la langue Herero et signifie « lieu des vaches grasses ». Certaines des meilleures fermes d’élevage de bovins se trouvent encore dans la région aujourd’hui. Celle-ci offre des conditions relativement bonnes pour l’élevage de bovins : forte pluviométrie et terrains fertiles, créant de bons pâturages.

L’aventure du safari se poursuit encore aujourd’hui en direction de la réserve d’Okonjima qui accueille l’association AfriCat.

La réserve est reconnue comme l’un des meilleurs endroits où séjourner pour observer les carnivores (léopards et guépards) et d’autres espèces en voie de disparition comme l’aardvark, le pangolin et la hyène brune.

Couvrant une surface de 20 000 ha, la réserve naturelle est entourée des montagnes de grès d’Omboroko et offre de magnifiques paysages pittoresques.

Une partie des fonds, collectés par le biais de la réserve naturelle d’Okonjima, aide à financer les importants programmes de recherche et d’éducation d’AfriCat.

La Fondation AfriCat est née au début des années 1990. C’est une organisation à but non lucratif dont la mission à long terme est la conservation de la faune namibienne dans son habitat naturel.

En effet, AfriCat sensibilise les habitants et fermiers locaux à l’importance de l’écologie et à la conservation des félins sauvages.

C’est ici que le léopard (Panthera pardus), le plus adaptable de tous les chats sauvages, prospère.

Ces prédateurs solitaires se trouvent en haute densité dans l’étendue de la topographie à multiples facettes de la réserve naturelle d’Okonjima. Durant vos activités, vous pourrez peut-être pister les léopards sauvages tout comme ceux équipés d’un collier de télémétrie.

Les léopards des programmes de recherche sont activement suivis, et leurs colliers sont une ressource inestimable pour localiser, puis retourner dans la réserve, les félins qui ont migré vers les terres agricoles environnantes où ils sont perçus comme des menaces pour le bétail.

Déjeuner sur place (à votre charge).

Dans l’après-midi, vous pourrez choisir de participer à l’une des activités disponibles sur place (en supplément).

Nous vous recommandons (si votre niveau d’Anglais le permet) d’inclure la visite d’AfriCat’s Carnivore Care and Information Centre. Néanmoins, les safaris en 4×4 ou le pistage à pied sont des expériences incontournables.

Si les conditions météorologiques le permettent, il est aussi possible de faire un safari de nuit. Le frisson de l’aventure et la traque aux animaux nocturnes seront une expérience unique à ne pas manquer !

Dîner(inclus) et nuit en chambre double/twin B&B à Okonjima Plains Camp [1].

Jour 14 : Route vers Windhoek – 220km – 2h30

Vous prendrez ensuite à nouveau la route pour vous rendre à la capitale.

Vous passerez à nouveau à Okahandja. Si vous ne l’avez pas fait à l’aller, peut être aimeriez-vous, cette fois, faire un arrêt au marché d’artisanat.

Une fois de retour à la civilisation moderne et Windhoek, vous pourrez déambuler dans le centre-ville en quête de vos derniers achats souvenirs. Vous trouverez quelques boutiques et le marché Himba sur Independance Avenue.

Pour ceux à qui la nature et l’aventure manqueraient déjà vous pourrez opter pour une petite randonnée dans la réserve naturelle de Daan Viljoen.

Pour ceux à qui le contact humain et la civilisation auront manqué, nous vous recommandons une visite du quartier de Katutura où vit une grande partie de la population noire de Windhoek : ambiance 100% Namibie garantie (seulement accompagnés par un guide local).

Déjeuner libre en centre-ville (à votre charge).

Le reste de l’après-midi est libre.

Vous serez logés au même endroit qu’à votre arrivée. Nous avons sélectionné cet établissement situé dans un quartier calme et avec un jardin luxuriant pour vous permettre de vous reposer de votre périple et vous préparer au long voyage de retour.

Pour vous imprégner une dernière fois de l’ambiance du pays et déguster de bonnes viandes locales, rendez-vous au Joe’s Beerhouse. Dans ce grand restaurant typique à la décoration namibienne/allemande, vous pourrez très probablement déguster zèbres, oryx, autruches, koudous ou brochettes avec assortiment de viandes.

Dîner libre (à votre charge) et nuit en chambre double ou twin B&B à Naankuse @Utopia (ou similaire).

Jour 15 : Windhoek – FIN DU VOYAGE

Votre aventure en Namibie se termine. Vous avez rendez-vous pour la restitution de votre véhicule 4×4 après le déjeuner.

Notre équipe sur place pour transférera ensuite vers l’aéroport Hosea Kutako pour votre vol en début d’après-midi.

Pourquoi ne pas prolonger l’aventure par une extension vers les magnifiques plages du Mozambique ou le Delta de l’Okanvango au Botswana. Nos itinéraires au Mozambique par-ci et Botswana par-là !

[1] Okonjima Luxury Bush Camp : supplément R 1 650/pers/nuit & Okonjima Private Bush Suite : supplément R 11 000/pers/nuit

 Call Center: (+27) 65 675 5083
Total: 3,360.00€ From 3,360.00€ /person

info@africanhearttravel.com

    Other Tours