Hwange National Park in Zimbabwe

Why visit Hwange National Park (Zimbabwe) ?

Hwange National Park is the largest national park in Zimbabwe and sees thousands of visitors every year. Hwange has over 100 different species of mammals and over 400 different species of birds. It is situated only 3hrs away from World-famous Victoria Falls, making it the perfect bush gateway! African Heart Travel tells you why it is bucket-list candidate on a safari holiday in Southern Africa.

During the dry season from July to October, the watering holes become a haven for fauna while the flora thins out making the animals easier to spot. This makes your stay inevitably more crowded due to the popular time of year.

However, if you’re looking for a quieter holiday then you should consider visiting during the green season months from November to April. Visiting during this time will mean the fauna will be greener and if you’re lucky you might spot new-borns finding their feet in the wild. For bird enthusiasts the green season is the best time of year for bird spotting as flocks migrate in massive numbers to the park. Visiting during the green season means that the rain has turned much of the dry plains into grasslands which attract all sorts of animals such as zebra, impala, waterbuck and kudu. The presence and amount of all these grazers attract predators and there is a good chance you could catch a lion or cheetah on the hunt for some lunch.

Hwange National Park is one of the last few elephant sanctuaries left in Africa and as such it is very likely that you will see plenty. A heard of 100 strong elephants can also be seen. It is also famous for its numerous wild dogs packs. In fact, the HQ of the local NGO Painted Dog is based here and monitors the healthy population of wild dogs living in the park.

The park also offers a thrilling night drive experience for guests. We have a few gems for you choose from for your stay in Hwange such as The Private Hide or Camp Hwange

There is no permanent watering source in the park as the animals rely on the numerous watering holes that pop up after the heavy rains. However, the park has maintained a number of these watering holes throughout the year which ensures the livelihood of many animals.

With so many different species of animals and plants to see Hwange National Park is definitely a place to visit for anyone in search of an authentic wildlife experience. And you just so happen to know the right person to ask : Our team ! 

Balade en mokoro

Les merveilles du Botswana

Le Botswana est un pays grandiose que nous adorons. Découvrez les merveilles du Botswana dans notre article ci-dessous.

Le delta de l’Okavango

L’Okavango, avec ses 1 500 km de long, est le troisième plus grand fleuve d’Afrique australe. Le delta de l’Okavango est situé au nord-ouest du Botswana. Il est composée de marécages permanents (600 000 ha) et de prairies saisonnièrement inondées (1,2 million d’hectares). Il s’agit d’un des très rares grands systèmes de deltas intérieurs n’ayant pas de débouché dans la mer et d’un système de zones humides quasi intact. Une des caractéristiques uniques de ce site est que les crues annuelles se produisent en saison sèche, de sorte que les plantes et les animaux ont synchronisé leur rythme biologique avec les crues et les pluies annuelles. Naturellement, grâce à ses eaux, il est possible de voir les big 5 : lion, éléphant, rhinocéros, buffle et éléphant mais aussi de nombreux autres mammifères, plus de espèces d’oiseaux et au moins 80 espèces de reptiles. 

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Magie du Botswana

La réserve de Moremi

La réserve de Moremi (environ 5 000km²) est une zone protégée à l’est du delta de l’Okavango. Elle a été nommé d’après le chef Moremi de la tribu BaTawana. Ce magnifique paradis possède l’un des écosystèmes les plus riches d’Afrique tout en abritant les espèces de grands mammifères les plus menacées : le guépard, le rhinocéros blanc et noir, le lycaon et le lion. Que vous cherchiez à camper dans la nature ou que vous préfériez un hébergement de luxe, vous pouvez trouver le type d’aventure que vous recherchez. Pour vous rendre dans ce paradis faunique, vous devez prendre un avion-taxi depuis Maun pour rejoindre le.s lodge.s que vous aurez choisi. Si vous voyagez par la route un 4×4 sera nécessaire.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : 100% safari au Botswana

Le Parc National Chobe

Dans ce magnifique parc, vous ne manquerez pas de voir une faune abondante parmi de grands troupeaux de buffles, des troupeaux d’éléphants et des prédateurs. Chobe est un véritable paradis pour les familles, les couples et les voyageurs chevronnés. Que vous vous trouviez dans la savane ou sur la rivière, il y en a toujours pour tous les goûts. Ne manquez pas de faire une croisière sur la rivière Chobe au coucher du soleil pour un spectacle de la nature incroyables.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Le meilleur du Botswana

Le Désert du Kalahari

Il s’agit de la grande plaine d’Afrique australe qui occupe presque tout le Botswana. Le Kalahari occidental est caractérisé par de nombreuses dunes qui s’étendent vers le nord. En plus des dunes, vous pouvez trouver de nombreux pans (lacs asséchés) telles que Mgagadikagdi Pan. Pendant la saison sèche, vous pouvez camper dans les pans et pendant la saison des pluies, vous pouvez profiter de la faune comme les flamants roses. Le Kalahari offre des paysages à couper le souffle et une abondance de vie animale.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Aventures au Botswana

Le Parc Transfrontalier Kgalagadi

Il s’agit d’un écosystème fragile du grand désert du Kalahari. Le parc, à cheval sur le Botswana et l’Afrique du Sud, couvre une surface totale de 38 000km². Ici, vous pouvez trouver un éventail d’animaux sauvages, du springbok au gnou en passant par les lions à crinière noire du Kalahari. Si vous préférez camper sous les étoiles, vous le pouvez. Si vous recherchez plus de confort, des lodges sont disponibles comme !Xaus Lodge.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Entre désert et safaris

Envie de découvrir les merveilles du Botswana, remplissez votre demande de devis en ligne.

Safari au Kruger ou à Madikwe

Safari en Afrique du Sud : Kruger ou Madikwe ?

Vous souhaitez faire un safari en Afrique du Sud mais vous ne savez pas comment choisir entre les réserves du Grand Kruger ou la réserve privée de Madikwe ? Voici nos conseils pour faire un choix qui vous correspond et pour plus d’informations, contactez-nous !

Nous voilà embarqués dans un duel qui pourrait faire débat pendant des heures. Néanmoins, basée sur notre expérience, nous vous proposons un comparatif entre les réserves privées du Grand Kruger et la réserve de Madikwe à l’est de l’Afrique du Sud. Il ne s’agit pas d’un jugement de valeur mais bel et bien d’un comparatif basé sur des faits et différences, qui devrait vous aider à faire votre choix pour votre prochain safari.

Nous n’abordons ici que les safaris en 4×4 avec un guide ranger. Les safaris en autotour font l’objet d’un article séparé à découvrir ici.

Vous pourrez aussi consultez ici notre article sur les 5 raisons de visiter la réserve de Madikwe.

FAQ – Safaris privés en Afrique du sud

Quelle est la meilleure période pour un safari en Afrique du Sud : juillet à octobre. Ce sont les mois d’hiver australe durant lesquels il ne pleut pas (sauf au Cap) et où la végétation se rarifie (meilleure visibilité) et les animaux ont tendance à se concentrer autour des points d’eau.

Pourquoi faire un safari en réserve privée ? Au-delà de l’excellente prise en charge dont vous ferez l’expérience dans les lodges et tented camp, il y a plusieurs autres avantages d’un point de vue de l’observation animale.

Le nombre de véhicules qui peuvent être présents lors des observations est limité (en général 3). Il s’agit de s’assurer que les animaux ne soient pas stressés ou encerclés sans aucun moyen de s’échapper.

Les guides partageront entre eux leurs observations par radio.

Notre conseil : si vous arrivez sur une scène spéciale – comme des petits ou une scène de chasse – faites confiance à votre guide. Il est très doué pour permettre à tout le monde d’avoir une bonne vue sur la scène. Le bien-être des animaux – ainsi que votre sécurité – est toujours leur priorité absolue. Néanmoins, gardez à l’esprit qu’il est employé par un établissement qui se doit de respecter des règles au sein de la réserve.

L’observation des animaux est optimale : vous serez véhiculés dans un 4×4 ouvert avec des rangées de siège surélevés. Avec les nouveaux protocoles sanitaires, vous devriez avoir un siège vide entre vous dans le 4×4 donc un côté « fenêtre » qui vous permettra de prendre des photos en toute liberté. La concentration d’animaux par km² est incroyable, y compris pour les big 5.

Quelle est la superficie de ces réserves : les réserves privées du Grand Kruger couvrent environ 180 000 hectares, divisés en parcelles plus petites (ex : Sabi Sands couvre 65 000 hectares et Timbavati couvre 54 000 hectares). Madikwe couvre 68 000 hectares.

Quels sont les types d’écosystèmes de ces réserves : Madikwe est à la frontière entre la savane (le bush) et le désert du Kalahari avec de nombreux épineux et un sol rouge caractéristique. Les réserves du Grand Kruger sont typiquement des environnements de savane boisée et herbeuse parsemés de rivières et affleurements de granit.

Quel est le temps de trajet depuis l’aéroport de Johannesburg ? Il faudra compter entre 5 et 6 heures pour rejoindre la région du Kruger contre 4h environ pour Madikwe. Il est possible de se rendre en avion vers chacune des réserves. Madikwe est desservi par avion depuis Johannesburg par la compagnie Federal air. La région du parc Kruger dispose de 3 aéroports (Hoedspruit, Skukuza et Nelspruit) régulièrement desservi par plusieurs compagnies. Comptez environ 1h de vol et à partir de R 2 700 par personne pour un aller.

Y a-t-il des risques de paludisme ? La réserve de Madikwe est garantie sans paludisme (ou malaria). En revanche, la région du Kruger est, à ce jour, toujours considérée comme impaludée et donc une consultation chez votre médecin reste indispensable pour évaluer la nécessité d’un traitement préventif (la meilleure prévention reste l’absence de piqures).

Est-il possible de sortir des pistes ? Dans les 2 réserves il est en effet autorisé de sortir des pistes néanmoins cela reste l’exception et seulement dans le cas de scènes exceptionnelles. Les guides de Madikwe ont tendance à éviter le tout-terrain à moins qu’il y ait une scène très exceptionnelle à voir. Cela peut être dû au fait que les terres de Madikwe se remettent toujours de leur passé agricole et que la préservation de la végétation autant que possible est primordiale. N’oubliez pas que de nombreuses espèces très petites mais cruciales – telles que les bousiers, les tortues, les serpents, etc. – vivent dans l’herbe.

Kruger ou Madikwe : le duel

Pourquoi choisir la réserve privée de Madikwe ?

Il y existe un éventail d’espèces inhabituelles liées aux habitats désertiques : élan (la plus grande espèce d’antilope du monde), oryx (également connu sous le nom de gemsbok), springbok, tsessebe, bubale rouge, hyène brune, la cousine plus rare et plus grande de la hyène tachetée.

Si vous êtes très chanceux, vous pourriez rencontrer le pangolin (malheureusement, l’animal le plus traqué au monde et sous la menace des braconniers).

Les lycaons sont au bord de l’extinction car extrêmement vulnérables aux maladies comme la rage. Les voir est un énorme plaisir, surtout si vous avez la chance de les trouver en chasse. Leur collaboration, leur communication intense et leur ardeur en font un plaisir à regarder.

Les ornithologues amateurs aimeront regarder les autruches et les outardes kori (l’oiseau volant le plus lourd du monde).

Dans Madikwe, il n’y a aucune restriction sur les droits de traversée. Gardez toutefois à l’esprit que passer d’un côté à l’autre de la réserve peut prendre du temps ; votre ranger saura évaluer la pertinence d’un long trajet en fonction du programme.

Madikwe est la cinquième plus grande réserve d’Afrique du Sud avec environ 75 000 hectares. Nous suggérons deux ou trois nuits dans 2 lodges différents afin que vous puissiez explorer toute la réserve. Cela vous donne également plus de temps pour trouver des espèces insaisissables telles que le léopard, le chien sauvage, la hyène brune et le pangolin.

Madikwe est une bonne option si votre budget vous le permet, que vous voyagez en famille et souhaitez une destination sans paludisme. Notre itinéraire « Safari en famille » vous donnera une idée de séjour à Madikwe.

Où se loger ?

Soyons clair, Madikwe est une réserve 5 étoiles avec des lodges de (très) haut standing (4 et 5 étoiles). Nous travaillons depuis des années avec un certain nombre d’entre eux avec lesquels une relation de confiance est établie : Bush House, Impodimo Game Lodge, Tau Game Lodge ou Madikwe Hills Safari Lodge mais notre chouchou, version « routard », le seul tented camp de Madikwe : Mosethla Bush Camp. Réservé aux plus aventuriers d’entre vous : aucune clôture, les chalets sont partiellement ouverts mais une super équipe et tout le confort de base.

Pourquoi choisir les réserves du Grand Kruger?

La région du Grand Kruger offre l’une des observations des Big 5 les plus fiables d’Afrique. Il n’est pas inhabituel (mais jamais garanti !) de voir les cinq grands le même jour.

C’est le paradis des léopards en Afrique du Sud. En effet, le type d’environnement lui convient mieux – il adore se promener autour des affleurements de granit du Kruger et dans les branches des grands noyers et arbres à plomb.

Savez-vous que le projet African Heart Travel a commencé à la suite de l’observation d’un léopard dans le parc Kruger, lire l’article ici.

D’une superficie colossale de 180 000 hectares, la région du Grand Kruger est la plus grande zone de conservation du pays.  Parce qu’il est plus grand et qu’il a plus d’eau, il abrite des troupeaux de buffles et d’éléphants beaucoup plus grands que Madikwe.

En revanche, des droits de traversée très stricts sont en place. Il se peut que vous soyez limité à voir 20 000 ha ou moins. Il est donc intéressant de séjourner dans 2 ou 3 lodges différents pour explorer des zones variées.

Dans certaines des réserves du Grand Kruger, certains lodges ont des concessions privées sur lesquelles aucun autre véhicule n’a le droit de pénétrer.

Lors d’une de nos visites dans Sabi Sands, nous étions en game drive, lorsque 3 guépards sont apparus à une distance d’environ 200m. Le guide ranger a alors avancé pendant environ 100m et s’est arrêté, à la stupéfaction générale (imaginez, 3 guépards… pour Aurélie, un vrai drame !). Nous avions atteint les limites de la concession et n’étions donc pas autorisés à pénétrer sur cette partie de la réserve. Inutile donc de vous en prendre à votre guide, il ne fait que respecter les règles signées par son employeur ; faute de quoi il risque une grosse amende.

L’avantage du Grand Kruger c’est qui se trouve à proximité du Parc National Kruger et que vous pouvez ainsi combiner des safaris en solo avec des safaris en réserve privée en 4×4.

Où se loger ?

Le Grand Kruger est divisé en parcelles. Les plus connues étant :

  • Klaserie et Balule sont situées au nord et abrite principalement des tented camps aux tarifs abordables (à partir de R 3 000 par nuit et par personne en pension complète avec 2 safaris par jour). Nos préférés : Mohlabetsi Safari Lodge, Sausage tree safari camp, Chacma Bush Camp etc.
  • Timbavati est situé au centre et abrite différents types d’hébergements de milieu de gamme comme Umlani Bush Camp, l’un de nos préférés, Kambaku Lodge (super pour enfants) ou Kings Camp (le top du top)
  • Sabi Sands est la réserve la plus connue du Grand Kruger. Les lodges sont excellents parmi lesquels Arathusa Safari Lodge, Elephant plains (abordable mais pris d’assaut donc à réserver au moins un an à l’avance), Notten’s Bush Camp, l’un de nos préférés et Nkhoro Bush Lodge. Il existe des lodges 5 étoiles comme le lodge de Richard Branson, Ulasaba Safari Lodge ou encore Leopard Hills Lodge (1000€/nuit/personne).
  • D’autres réserves comme Kapama, Thornybush, Manyeleti, Karongwe, Tshukudu sont détenus par un propriétaire avec plusieurs hébergements dans la réserve.

Verdict… il faudra venir au moins 2 fois pour explorer chacune des réserves !

Safari dans le parc national du Pilanesberg

African Heart Travel vous présente le parc national du Pilanesberg et comment y faire un safari.

Ce parc d’une superficie de 55 000 hectares est le plus court chemin vers les « big 5 » depuis l’aéroport de Johannesburg. Il se situe seulement à 3 heures de route de celui-ci. L’avantage, par rapport à une réserve privée, est que vous pouvez y faire vos propres safaris avec votre voiture. Tous nos conseils pour un safari réussi sont à consulter avant le départ.

Le parc offre un large choix d’hébergement, de la tente aux lodges 5 étoiles, il y en a pour tous les goûts. Lors de notre récente visite, nous avons découvert quelques-uns des choix possibles et biensur on partage cela avec vous ici.

Le parc est aussi très populaire auprès des visiteurs Sud-Africains, du fait sans doute de la proximité de la mégalopole Joburg-Pretoria. Des solutions de timeshares existent aussi dans le parc, ce qui le rend attractifs sur le marché local. Le choix d’hébergement n’est pas évident à faire. Notre avis est qu’au-delà de l’établissement lui-même, son emplacement dans le parc peut s’avérer stratégique à plusieurs niveaux. Comme tous les parcs, certaines zones sont plus « calmes » que d’autres, en termes d’animaux et de touristes aussi.

Un autre aspect à prendre en compte lors de votre choix est le type de voyageurs. Pour ceux qui voyagent en famille, nous vous conseillons le Kwa Maritane Bush Lodge ou Bakubung Bush Lodge qui offrent chacun de nombreuses activités et attractions pour les enfants, qui sont d’ailleurs les bienvenus en safaris, ce qui est parfois difficile à obtenir dans les lodges classiques où la politique est en générale de ne pas prendre les enfants en dessous de 6 ans safaris. La raison est simple, ces 2 établissements possèdent des véhicules plus gros que les 4×4 classiques et donc même si vos petites têtes blondes décident de s’agiter un peu dans le véhicule, elles risquent peu de perturber l’observation et de déranger les animaux.

Pour ce qui recherche le luxe et la tranquillité, optez plutôt pour Tshukudu Bush Lodge, mais attention vous devrez monter 132 marches pour arriver au lodge donc attention à ceux que cela pourra effrayer. Mais quel spectacle à l’arrivée, cela vaut le détour. Attention aussi aux tarifs, nous sommes désormais sur une prestation en pension complète à environ 750€ par nuit et par personne.

SI vous voyagez en groupe d’amis ou en famille, nous vous recommandons le Buffalo Thorn lodge qui peut se loueur en exclusivité pour 2 nuits minimum, comprenant 5 chalets, pouvant accueillir au total 10 personnes (enfants inclus).

Enfin, pour ceux que le luxe n’attire pas ou dont le porte-monnaie ne pourra leur permettre, nous avons une option tout aussi charmante au sein des 2 resorts du parc : Bakgatla et Manyane. Vous pourrez être logés sous tentes ou en chalet, avec dîner et petit déjeuner ou en self-catering. Vous pourrez choisir de réserver des safaris en 4×4 ou de rester dans le confort de votre propre véhicule.

Notre itinéraire “L’Afrique du sud en slow travel” vous conduira sur les pistes du parc.

Conseils pour la préparation de votre valise de safari

Avant le départ pour un safari en Afrique, vient le moment crucial de préparer sa valise. On ne sait pas toujours quoi prendre en fonction des saisons et particularités climatiques de la destination. Ainsi nous vous proposons de vous guider dans cette étape importante. Découvrez ci-dessous tous nos conseils pour la préparation de votre valise pour votre voyage en terre africaine ! Le mot d’ordre : voyagez léger mais équipé pour votre safari en Afrique !

Sac souple ou valise ?

Pour un voyage en Afrique australe, la première règle de base est d’oublier la valise rigide pour un bagage souple ! Bien plus facile à manier et à transporter, vous facilitez le travail de l’équipe logistique. Ce type de sac est aussi généralement plus résistant aux manipulations multiples sur des terrains parfois accidentés ; vous devriez retrouver votre sac en aussi bon état qu’à l’arrivée. Après tout, les roulettes ne vont pas être très utiles dans la savane africaine !

Certains vols intérieurs limitent également le poids des bagages, parfois à 15kg par personne, donc évitez de dépasser ce poids au départ de la France.

Les vêtements utiles

Lors de votre voyage, vous aurez moult opportunités de faire faire votre lessive dans un ou plusieurs de vos hébergements (inclus au tarif ou pour un petit surplus de l’ordre de quelques euros). Prévoyez donc un nombre restreint de vêtements, vous limiterez la place et le poids de votre valise ; toujours intéressant surtout si vous aimez rapporter des souvenirs de vos voyages.

En safari, privilégiez les couleurs neutres et sans trop de motifs. Pas de blanc qui se voit de très loin et se salit très vite, ni de couleurs vives ou de noir, qui peuvent attirer les mouches tsé-tsé (en Afrique de l’est). Inutile cependant de refaire votre garde-robe en version Indiana Jones !

Favorisez les vêtements amples et confortables, de préférence en coton, notamment pour les périodes estivales où les températures peuvent dépasser les 40°.

L’hiver australe est généralement doux. Néanmoins dans certaines régions désertiques (Kalahari, Namib etc.) les températures peuvent être basses voire négatives. Si vous devez faire du camping, il faudra avoir des vêtements chauds. N’oubliez pas de mettre dans votre valise une polaire, un coupe-vent ou un imperméable pour vous protéger d’éventuelles pluies, un bonnet et des gants. Croyez-nous, vous nous remercierez après avoir fait un safari en 4×4 ouvert à 7h du matin !

Si votre safari se déroule dans une zone à risque de paludisme (nord de la Namibie, Botswana, Zimbabwe et l’est de l’Afrique du Sud), n’oubliez pas de prendre des vêtements longs (pantalons et t-shirts et/ou chemises) pour les premières et dernières heures du jour durant lesquelles les moustiques sont les plus actifs. Vous pouvez opter pour une veste légère qui s’enfilera par-dessus votre t-shirt. Pour le pantalon, vous pouvez opter pour ces pantalons, pas très sexy on vous l’accorde, avec un zip au niveau des genoux pour faire short de jour et pantalon de nuit…

Pour finaliser votre garde-robe de safari, pensez à une casquette ou un chapeau, un foulard ou une écharpe pour se protéger de la fraîcheur matinale puis du soleil et éventuellement de la poussière, un maillot de bain pour profiter des piscines des hébergements, une paire de chaussures fermée pour les safaris et randonnées et une paire plus confortable pour vos moments de détente.

Bien sûr si votre voyage inclus des étapes plus citadines (ex : le Cap, Victoria Falls etc.), vous pourrez ajouter une ou 2 tenues plus élégantes pour les soirées en ville. Même chose, si vous avez des activités plus « sportives » de prévues comme un séjour golf, surf, randonnées pédestres, à cheval ou à moto !

Une journée typique de safari

Les safari du matin et du soir nécessitent quelques couches de vêtements (pull, polaire ou anorak), il fait froid dans les 4×4 ouverts, surtout en automne et hiver (d’avril à octobre).

En journée, il fait chaud voire très chaud, un T-shirt, un short, un chapeau et une bonne crème solaire. Un coupe-vent imperméable et un pull léger peuvent être nécessaire dans certaines régions ou durant certaines activités (balade en bateau par exemple).

En soirée, si vous voyagez en été, pensez à enfiler pantalon et chemise à longues manches afin d’éviter les piqûres de moustiques !

Les accessoires utiles

Au-delà des vêtements, certains accessoires peuvent être très utiles voir indispensables à un voyage en Afrique.

Un sac à dos : il en existe de toute les formes, couleurs et tissus ; quoi qu’il en soit, il est préférable de d’en choisir un de haute qualité, étanche et durable avec plusieurs poches et compartiments. Vous pourrez y mettre toutes les choses dont vous pouvez avoir besoin durant la journée.

Vos documents (passeport, permis de conduire international, assurance etc.) – retrouvez les 10 choses à faire avant de voyager (par destination) : Afrique du sud, Botswana, Mozambique, Namibie et Zimbabwe. Vérifiez ces informations auprès de l’ambassade du/des pays visité(s).

Une lampe de poche sera utile le soir pour vous rendre à votre chambre, trouver les toilettes ou . Si vous campez, une lampe frontale peut s’avérer une meilleure alternative.

Une bonne paire de lunettes de soleil sera indispensable. Le soleil en Afrique est fort et présent une grande partie de la journée.

Une corde à linge : c’est notre outil secret ! elle nous sert à tout, au-delà d’étendre le linge : attacher les bagages ensemble sur le chariot de la l’aéroport ou faire un rideau de séparation dans la tente. Ajoutez-y quelques pinces à linge, ça peut servir !

Une paire de jumelles sera un compagnon de voyage essentiel. Les animaux ne sont pas toujours aussi près qu’on le voudrait.

Pensez à un carnet et un stylo pour noter vos observations et pourquoi pas écrire un carnet de voyage.

Pensez à prévoir une gourde ou mieux un thermos pour boire chaud ou froid selon les conditions climatiques. De plus en plus de pays bannissent les plastiques à usage unique, c’est le cas notamment en Afrique de l’est. De l’eau purifiée est à votre disposition pour remplir vos gourdes aussi souvent que nécessaire. Vous trouverez dans la plupart des hébergements (hors camping) une bouilloire dans votre chambre avec du thé et café ; vous pourrez en faire le plein pour la journée. Dans certaines régions où l’eau du robinet n’est pas potable, vous pourrez vous procurer en pharmacie des comprimés pour purifier l’eau ; alternativement, la technologie UV du SteriPEN Freedom fonctionne en moins d’une minute.

Des centaines de kilomètres de pistes en Namibie à l’arrière d’un 4×4 vous garantissent une bonne dose de poussière. Pensez donc à apporter des sacs étanches pour emballer vos affaires.

Un livre, une liseuse, un jeu de carte etc. ; pour occuper les temps libres. Certains lodges mettent à disposition des jeux de société. Pour nous, on se contente de savourer les sons, les couleurs, les odeurs de la savane, ça nous suffit !

Une moustiquaire : Bien que la plupart de lodges en fournissent, ce n’est pas toujours le cas. Considérant le poids, ne vous en privez pas. Elles pourront vous être d’un grand secours ; sans parler paludisme mais tout simplement sommeil avec le « bzzzzz » permanent. N’oubliez pas le répulsif à moustiques pour la peau et les tissus ainsi qu’une crème apaisante pour les piqûres.

Si vous prévoyez de camper, il vous faudra emporter un gant et une serviette de toilette. Privilégiez les fibres synthétiques qui sèchent rapidement. Vous en trouverez dans les magasins de sport et de randonnées.

La plupart des hébergements mettent à disposition du savon et shampoing ainsi que des serviettes. Ce n’est pas le cas des campings. Pour limiter le poids (et l’impact écologique), vous pouvez opter pour des feuilles de savon et un shampoing solide. Vos autres produits d’hygiène, s’y vous y êtes attachés (marque, qualité etc.) devront être achetés au départ. Le choix et la qualité des produits disponibles en Afrique reste limité. Si non, vous aurez largement de quoi vous approvisionner à votre arrivée avec des produits de base (savon, dentifrice etc.).

Un couteau suisse pourra être d’un grand secours, surtout si vous êtes en autotour. Pensez à bien le mettre dans votre bagage en soute, faute de quoi il vous sera confisqué à l’aéroport.

La trousse à pharmacie

Pour votre voyage en Afrique, une petite trousse à pharmacie est essentielle. Celle-ci devra comprendre au minimum les éléments suivants :

La crème solaire est indispensable ; les températures et l’exposition au soleil peuvent être extrêmes. Il est donc essentiel d’appliquer de la crème solaire à intervalle régulier durant la journée. Pour mémoire, certains traitements antipaludéens causent une sensibilité à la lumière, donc soyez vigilant.

En hiver, le vent peut être glacial ; un baume à lèvre et une crème hydratante vous seront utiles.

Du collyre pour se débarrasser de toute la poussière accumulée en safari. Si vous portez des verres de contact, assurez-vous que les lunettes couvrent bien tout votre œil, car les pistes, en safari, peuvent très poussiéreuses et vous aurez du mal à humidifier vos yeux.

Des pansements, bandes, du désinfectant ou encore du sparadrap pour soigner les petites blessures.

Quelques comprimés de base pour traiter les douleurs, la fièvre, la nausée et les vomissements, la constipation et la diarrhée. Il peut être bon d’avoir un antibiotique à spectre large comme Ciprofloxacin.

Vous aurez bien sûr votre traitement habituel le cas-échéant avec l’ordonnance. Cela sera dans vote bagage à main (pas en soute). Si vous deviez être en rupture de médicament, les perdre ou que votre bagage n’arrive pas à l’aéroport, cela permettra à un pharmacien local de reconnaître la molécule et vous donner un équivalent.

Si vous avez des problèmes de santé chroniques (diabète, allergies etc.) il faudra nous en faire mention lors de votre réservation afin que nous puissions informer les établissements que vous allez fréquenter et/ou votre guide.

Avant votre départ, penser à toujours consulter votre médecin qui saura vous indiquer toutes les mesures à prendre pour votre voyage : vaccins, traitement antipaludéen etc.).

Les équipements électriques

En fonction de votre pays de destination, il vous faudra utiliser un adaptateur pour brancher vos appareils électroniques. En Afrique du Sud et Namibie, il faut un adaptateur spécifique (3 branches rondes) que vous pourrez facilement vous procurer à l’arrivée pour environ 20 rands. Dans le reste de l’Afrique australe et Afrique du l’est, l’adaptateur britannique (3 branches plates) suffira.

La plupart des hébergements prête des adaptateurs et ont même des prises européennes.

Une banque d’alimentation pour charger vos téléphones et tablettes pourra être utilecar dans certains camps dans les parcs et réserves, les chambres n’ont pas d’électricité (seulement à la réception). Il en existe de nombreuses options sur le marché avec des puissances et des fonctions supplémentaires. Choisissez celui qui fournit le plus haut mAh (milliampères par heure).

Matériel photo et vidéo

Qui dit voyage, dit photographie. Il y a autant de choix d’appareils que de photographes. Nous nous focaliserons ici sur la photo animalière. Dans ce cas, il est préférable d’avoir un zoom supérieur à 300 mm. Les amateurs d’ornithologie privilégieront, quant à eux, un zoom parfois supérieur à 400 mm.

Pour les amateurs de vidéos, vous pourrez opter pour une Go Pro ou équivalent ou bien une petite caméra de qualité pour vous permettre de capturer les scènes de la faune sauvage africaine.

Prévoyez également plusieurs batteries ! Si vous n’en avez pas, un adaptateur allume-cigare peut très bien faire l’affaire pour recharger sa batterie directement à bord du véhicule. Les voitures de location « classique » sont équipés de prises USB et quelques véhicules 4×4 aussi mais cela reste marginal.

A l’ère du numérique, on « mitraille » beaucoup donc pensez à prendre des cartes mémoire supplémentaires.

Si vous hésitez sur le choix du matériel à emporter : bridge, hybride ou réflex ? Lisez l’article de notre partenaire photographe, Gregory Rohart (blog My Wildlife) sur le matériel photo en safari. Vous y trouverez de nombreux conseils utiles.

La valise des enfants

Bien sûr en fonction de l’âge, la valise sera complètement différente. Néanmoins, voici quelques impératifs pour un voyage en famille serein.

Pour les plus jeunes (< 3 ans), la valise sera remplie des produits essentiels, dont certains pourront être achetés à votre arrivée : biberon, lait infantile, couches, petits pots, lingettes, poussettes ou porte-bébé (en fonction du type de voyage). Lors de votre réservation, nous ferons le point ensemble sur vos besoins en termes d’équipements (lit-parapluie, siège auto etc.).

Les longues heures de vols puis de route peuvent conduire nos chères petites têtes blondes à s’ennuyer. Prévoyez donc, en fonction de l’âge, de quoi occuper ces temps de trajets avec leurs activités favorites. Ces jeux ou jouets seront aussi utiles durant la une grande plage de temps libre entre le safari du matin et celui de l’après-midi voire même durant le safari.

Nous avons compilé ici une liste d’activités amusantes et de lectures sur la savane africaine. Notre trombinoscope de la savane est téléchargeable gratuitement ici pour les apprentis rangers.

Dons pour des organisations à but non lucratif

Si vous souhaitez faire un don matériel durant votre séjour, tout d’abord merci. Ensuite, n’hésitez pas à nous en faire mention au moment de votre réservation ou quelque temps avant le départ, afin que nous puissions vous orienter dans cette démarche généreuse. Vous pourrez ainsi apporter du matériel scolaire, médical ou utile aux femmes, enfants et familles, et agir d’une façon responsable plutôt que de donner de l’argent et des cadeaux aux gens dans la rue.

rhinocéros blancs

Différences entre rhinocéros blanc et rhinocéros noir

Les différences entre le rhinocéros blanc et le rhinocéros noir vous sont présentés dans cet article. Mais avant toute chose, on se doit de clarifier la confusion autour de ces 2 dénominations. Vous l’aurez sans doute constaté, les deux espèces de rhinocéros sont en fait grises. Alors d’où viennent leurs noms ?

Il s’agit d’une erreur de compréhension qui remonte à l’époque coloniale de l’Afrique du Sud. Les colons hollandais, ou Afrikaners, qualifièrent le rhino (Ceratotherium simum) de « wijde» qui signifie « large » faisant référence à la largeur de la bouche de l’animal. Les colons anglais ont confondu « wijde» pour « white » c’est-à-dire blanc. Ainsi le rhinocéros à la large bouche fut appelé rhinocéros blanc et l’autre, à la bouche étroite et pointue (Diceros bicornis), a été appelé rhinocéros noir, par souci d’opposition.

Il existe des différences très marquéEs entre les deux espèces. Certains d’entre eux comprennent l’apparence, l’habitat, les préférences alimentaires et le comportement.

Nous vous indiquerons également où se trouvent les meilleures chances d’observer chacun d’eux en Afrique australe durant vos voyages avec African Heart Travel.

Carte d’identité

Caractéristiques Rhinocéros blanc Rhinocéros noir
Nom scientifique Ceratotherium simum Diceros bicornis
Taille 1.6 à 1.9m 1.4 à 1.8m
Poids 1 700 à 2 300kg 800 à 1 400kg
Vitesse 50km/h 55km/h
Espérance de vie 40 à 50 ans 35 à 50 ans
Régime alimentaire Herbe Feuilles
Gestation 16 mois – 1 bébé 15 mois – 1 bébé

 La bouche et les régimes alimentaires :

L’une des différences la plus notable est la forme de la bouche.

Un rhinocéros blanc a des lèvres très larges et plates qui lui permettent de brouter. Elles sont idéales pour saisir et déchirer l’herbe, agissant comme une tondeuse à gazon.

Le rhinocéros noir, quant à lui, se nourrit de feuilles, de pousses et de branches. En conséquence, il a des lèvres pointues et préhensibles qu’il utilise pour saisir des arbres souvent très épineux.

La forme du corps :

Le rhinocéros blanc est beaucoup plus long, plus gros et plus corpulent tandis que le rhinocéros noir est plus court et plus trapu.

Un rhinocéros blanc a également un dos relativement plat avec une petite bosse à l’avant du corps alors qu’un rhinocéros noir a une cambrure profonde au milieu du dos. Bien que cela ne soit pas facile à voir lorsque l’animal vous fait face directement. Cela est très flagrant de profil latéral.

Parce qu’il est herbivore, le rhinocéros blanc aura toujours la tête baissée vers le sol. Vous ne verrez donc (presque) jamais un rhinocéros blanc avec la tête haute.

En revanche, le rhinocéros noir, lui, doit garder la tête haute car il passe la plupart du temps à se nourrir dans les arbres.

Les oreilles :

Parce que le rhinocéros blanc a une mauvaise vue et un nez toujours au sol, ses oreilles sont cruciales à sa sécurité. En conséquence, il a de très longues oreilles tubulaires qu’il pivote indépendamment comme de petits satellites.

Le rhinocéros noir, quant à lui, a les oreilles, les yeux et le nez en l’air la plupart du temps, ce qui signifie qu’il dépend moins d’un seul de ses sens. Ses oreilles sont donc beaucoup plus petites et de forme plus ronde.

Les cornes :

Le rhinocéros blanc a tendance à avoir une corne avant longue avec une seconde corne beaucoup plus courte.

Le rhinocéros noir, quant à lui, a deux cornes assez similaires en longueur. La corne avant est légèrement plus courte et la deuxième corne plus longue que celle du rhinocéros blanc.

L’habitat :

Le rhinocéros blanc se trouve généralement dans les prairies ou dans des zones plus ouvertes.

Le rhinocéros noir se trouve dans les fourrés et les broussailles denses.

Le comportement :

Le rhinocéros noir a la réputation d’être plus agressif et curieux que le rhinocéros blanc, qui est normalement un peu plus placide.

Ce comportement pourrait en partie être expliqué par le type d’habitat dans lequel se trouve le rhinocéros noir. Parce qu’il vit dans un environnement dense, vos rencontres avec l’animal se font à une courte distance, sans quoi, vous ne le verriez sans doute pas dans la végétation dense. Vous seriez donc dans sa zone de confort où il est beaucoup plus susceptible d’agir de manière agressive et défensive que si vous le voyiez à distance et qu’il avait plus de chances de fuir.

La mère et son bébé :

Les bébés rhinocéros noirs ont tendance à marcher derrière leur mère.

On voit souvent les bébés rhinocéros blancs marchant devant leur mère. Il est probable que ce soit pour qu’elles puissent garder plus facilement l’œil sur leur petit et sur un danger éventuel.

Les chiffres :

Les estimations générales suggèrent qu’il reste environ 18 000 rhinocéros blancs et 5 000 noirs à l’état sauvage.

L’UICN classe le rhinocéros blanc comme « quasi menacé » et le rhinocéros noir comme étant « en danger critique d’extinction ». Au début des années 1900, il y avait des centaines de milliers de rhinocéros errant à travers l’Afrique et l’espèce de rhinocéros noir était la plus prolifique. Les guerres civiles, les changements d’habitat, le braconnage illégal et les espèces concurrentes conduit à ce fort déclin.

L’association Save The Rhino Trust, basée en Namibie, travaille sans relâche pour protéger la population de rhinocéros noirs du pays. Les rangers patrouillent à pied et en 4×4, surveillent la population de rhinocéros et bien sûr sensibilisent la population. L’association vit uniquement des dons et indirectement des revenus du tourisme. Durant cette période difficile où le tourisme est à l’arrêt, l’association a plus que jamais besoin de nos dons. Pour faire un don, cliquez ici

Il est désormais difficile de connaître les populations de rhinocéros à cause du braconnage. Les parcs et réserves interdisent la géolocalisation des photos de rhinocéros pour ne pas faciliter la tâche aux braconniers. Basé sur notre expérience, voici les lieux où vous aurez le plus de chance d’observer ces magnifiques « bêtes à cornes ».

Où voir le rhinocéros blanc ?

La réserve de Hluhluwe-uMfolozi (Afrique du Sud), le Parc National Kruger (Afrique du Sud), le Parc National Matobo (Zimbabwe),

Nos 3 meilleurs itinéraires pour observer le rhinocéros blanc sont :

Où voir le rhinocéros noir ?

La région du Damaraland (Namibie), le Parc National Etosha (Namibie), le Parc National Addo Elephants (Afrique du Sud)

Nos 3 meilleurs itinéraires pour observer le rhinocéros noir sont : Aventures au nord de la Namibie et La Namibie en liberté

Testez vos connaissances sur les rhinocéros en réalisant un quiz.