eSwatini

Le royaume du Swaziland (eSwatini) est un petit pays “coincé” à l’est de l’Afrique du Sud. Sur la route des voyages entre le parc Kruger et la région du KwaZulu-Natal, ce joli pays surnommé “la Suisse africaine” mérite le détour et bien plus… African Heart Travel vous présente le Swaziland et ce qu’il faut y découvrir.

Histoire du Swaziland (eSwatini) en 10 dates

Des preuves archéologiques indiquent une activité humaine dans la région remontant au début de l’âge de pierre, il y a environ 200 000 ans.

Au 18 et 19ème siècle, les Ngwane (futur Swazi) avant d’entrer au Swaziland, étaient installés sur les rives de la rivière Pongola.

En 1881, le gouvernement britannique signe une convention reconnaissant l’indépendance du Swaziland malgré le partage du continent Africain entre les différents pays colonisateurs.

En 1894, une convention plaça le Swaziland sous la protection de la République sud-africaine.

En 1903, après la victoire britannique dans la guerre anglo-boer, le Swaziland devint un protectorat britannique.

6 Septembre 1968 est le jour de l’indépendance du Swaziland.

En 1982, le roi Sobhuza II décède. Il a régné pendant 83 ans sur le royaume du Swaziland, devenant le monarque au plus long règne du monde. Il avait alors 70 femmes et plus de 1 000 petits-enfants.

Le 25 avril 1986, Mswati III est couronné roi du Swaziland.

En 2005, une nouvelle constitution est mise en place.

Le 19 avril 2018, le roi Mswati III annonce que le royaume du Swaziland change de nom et devient le royaume d’Eswatini.

Mlilwane Wildlife Sanctuary

Nous nous devions d’écrire un article sur l’un de nos endroits préférés du Swaziland : le sanctuaire de Mlilwane. Et pour cause, il s’agit de l’une des trois réserves naturelles du royaume ; les 2 autres étant Hlane et Mkhaya.

La réserve se trouve dans la vallée d’Ezulwini (la “vallée du paradis“), à une trentaine de kilomètres au sud de la capitale, Mbabane. Elle couvre une surface totale de 4 560 hectares sur lesquelles on trouve des zèbres, gnous, springboks, impalas, crocodiles, phacochères, Kudu etc. Aucun animal « dangereux » ne se trouve sur la réserve, en permettant l’exploration à pied, à cheval ou en VTT.

En 1961, cette ancienne ferme fut proclamée espace protégé pour les espèces menacées d’extinction dû à la pratique au Swaziland, à cette époque, de la chasse en grand nombre. Le jeune Ted Reilly, à l’origine de l’initiative, se rapproche du roi Sobhuza II qui lui offre son soutien dans la réalisation de ce projet.

Le nom « Mlilwane » (« petit feu » en siSwati) est dérivé des nombreux incendies déclenchés par des éclairs sur la colline de Mlilwane. Il fait aussi désormais référence au « petit feu » qui a déclenché le mouvement de la conservation au Swaziland.

Les plaines du sud s’étendent jusqu’à la montagne de Nyonyane (montagne de l’exécution) avec son pic de granit, d’où les exécutions étaient menées jusqu’en 1968.

La réserve de Mlilwane propose une gamme d’hébergements variée ; vous trouverez les huttes traditionnelles Swazi, Sondzela Backpackers à 2 km au sud, le luxueux Reilly’s Rock Hilltop Lodge et le Down Gran’s Self-Catering Cottage situé à 3 km au nord du camp principal.

Sur place, il est possible de découvrir la réserve à son rythme, à pied, en VTT, en 4×4, ou à cheval ; le tout seul ou accompagné d’un guide (anglophone).

Nous vous conseillons de séjourner 2 nuits sur place au moins. A proximité de la réserve, vous pourrez vous rendre aux différents marchés d’artisanat. Nous vous recommandons aussi une visite culturelle guidée en Français avec le guide Serge, installé au Swaziland depuis de nombreuses années.

La météo dans cette région est assez instable, les orages en fin de journée fréquents et les coupures d’électricité allant avec. Nous déconseillons de s’y rendre en saison des pluies (novembre à mars), aussi pour des raisons d’accès à la réserve et au camp (bien que des travaux en cours faciliteront l’accès à la réserve par une route bitumée).

Nos itinéraires à la découverte du Swaziland (eSwatini): “L’Afrique du sud d’est en ouest“, “Rencontres Sud-Africaines” et Randonnées et safaris en Afrique du Sud

La danse du roseau Umhlanga et le festival d’été Incwala

La danse du roseau d’Umhlanga est une danse et une cérémonie traditionnelles où jusqu’à 40 000 jeunes filles swazies se rassemblent et dansent pour la reine mère.

Cet événement culturel swazi est présenté en hommage à la famille royale et remonte à plusieurs siècles. Se déroulant sur une semaine, normalement la dernière du mois d’août, il est en grande partie privé, mais ses deux derniers jours publics (normalement le dimanche et le lundi) constituent un spectacle sans égal en Afrique aujourd’hui. Des milliers et des milliers de jeunes filles habillées de vêtements aux couleurs vives,chantent, dansent ensemble pendant qu’elles apportent leur roseau ou l’umhlanga à la résidence royale.

Alors que les jeunes filles dansent, guerriers et autres spectateurs se joignent souvent aux danses kugiya ou jettent de l’argent à leurs pieds pour les remercier de leur talent. Le roi profite parfois de l’occasion pour courtiser publiquement une fiancée potentielle ou Liphovela. Cette jeune femme aura une position dominante parmi les princesses dansantes.

Le festival a lieu tous les ans fin août – début septembre. Il est possible d’assister à l’évènement de manière assez libre et simple (si on aime la foule). Les touristes qui assistent à la danse annuelle du roseau sont autorisés à prendre des photos les jours 6 et 7 uniquement.

Le festival Incwala est l’événement culturel le plus important d’Eswatini. Cérémonie qui dure depuis des centaines d’années, c’est l’un des derniers exemples de ce qui était auparavant une pratique courante dans de nombreux pays africains. Son pouvoir spirituel est en grande partie perdu pour les étrangers, et nombre de ses rouages internes restent cachés dans le secret. Bien que souvent traduite par «festival des premiers fruits», la dégustation de la prime du premier de la saison n’est qu’un aspect de ce long rite. Il s’agit essentiellement de nettoyage, de renouvellement et, surtout, de célébration de la royauté.

Chaque Swazi peut participer aux parties publiques de l’Incwala. Les spectateurs sont autorisés mais pas activement encouragés – et vous ne pouvez pas prendre de photos sans autorisation spéciale. Le meilleur jour pour y assister est le quatrième jour de la Grande Incwala, lorsque la fête et la danse atteignent leur apogée. Vous verrez des milliers de personnes – y compris des guerriers en tenue de grande bataille – se presser sur le terrain du défilé royal. Les chants, les danses et les rituels qui se déroulent à l’intérieur du kraal royal relèvent de la plus grande confidentialité et ne peuvent être ni enregistrés ni écrits.

L’événement a lieu vers la dernière semaine de décembre / la première semaine de janvier. Les dates de l’événement sont publiées relativement proches de l’heure car elles proviennent de l’astrologie ancestrale.

6 faits intéressants et atypiques sur le royaume d’Eswatini

Swaziland vs Eswatini

Eswatini ne s’est pas toujours appelé ainsi. Jusqu’en 2018, le pays était connu internationalement sous le nom de Swaziland, terres des Swazis. Le roi Mswati III annonça en avril 2018 que le pays changerait de nom avec effet immédiat. Les mauvaises langues dirent que la confusion avec la Suisse (Switzerland) devait insupportable au monarque.

La dernière monarchie Africaine

La raison pour laquelle le roi d’eSwatini a été capable de changer le nom du pays sans consulter le Parlement tient à son statut de monarque absolu. Bien qu’il règne généralement par consensus, il est toujours l’un des deux hommes les plus puissants du pays (connu sous le nom de «lion»), tandis que sa mère, la reine mère Ntfombi, est la deuxième personne connue sous le nom de «la grande éléphant».

Tout peut être exprimé par la danse

La danse est la clé de l’identité culturelle des Swazis et chaque membre de la communauté est censé participer aux célébrations culturelles. Chaque année, des milliers de jeunes femmes se produisent pour la reine mère durant la cérémonie d’Umhlanga (festival de danse du roseau), tandis que les hommes se présentent devant le roi durant la cérémonie d’Incwala, qui a lieu au solstice d’été.

Les femmes ne devraient pas manger les abats

Dans eSwatini, il est de coutume que les femmes ne mangent pas la tête ou les pieds d’une vache. On croit que si une femme mange le cerveau d’une vache, elle deviendra intelligente; si elle mange la langue, elle répondra à son mari; et si elle mange les pieds, elle se sauvera.

Pas de prison à Eswatini avant 1968

Avant l’indépendance du pays il y a 50 ans, ceux qui étaient reconnus coupables de crimes graves étaient emmenés jusqu’au sommet de la montagne Nyonyane (autrement connue sous le nom d’Execution Rock) et étaient tout simplement poussés du sommet.

Festival MTN Bushfire

MTN Bushfire Fest en est maintenant à sa 14ème édition (2020). L’évènement a lieu chaque année fin mai. Parmi les artistes swazis et internationaux, on trouve des DJ, des musiciens, des cinéastes et même des poètes. Il existe également des dizaines de stands d’artisanat, un village Global Food et un vaste camping. Il faut réserver des mois à l’avance pour avoir une chance d’y assister.

L’art et la culture Swazi

Le Swaziland est le pays d’Afrique australe qui offre, selon nous, le plus bel artisanat, ou du moins le plus authentique. Bien loin des masques et statuettes que l’on trouve sur tous les marchés du continent, l’art Swazi se distingue par son originalité et sa finesse.

Parmi les lieux à visiter si vous souhaitez faire des achats :

Swazi candles factory (ne pas rater la démonstration de fabrication de bougie à la main dans l’atelier) où vous trouverez des bougies mais aussi de l’artisanat classique, des bijoux, des tissus, des paniers (gone rural ou Tintsaba),

Ngwenya Glass Factory (après Mbabane, en direction de l’Afrique du Sud) pour découvrir le travail des souffleurs de verre (il est possible de visiter l’usine, en suivant un passage surélevé au-dessus des travailleurs, en semaine uniquement). Les bijoux de Quazi Design peuvent aussi y être achetés ainsi que les objets en papier mâché de Zoggs.

Mantenga cultural village and craft center, vous trouverez aussi les tissus de Baobab Batik et les cosmétiques de Simply Natural. Les bars et restaurants sur place permettent de passer un moment agréable et détendu avant de continuer votre route. Venez côtoyez la jeunesse Swazi à The Wine House ou prenez un bol d’air italien avec Pizza Vesuvio.

Pigg’s Peak, vous permettra de découvrir les magnifiques bijoux et paniers de Tintsaba et les tissus de Coral Stephens. Ne manquez pas la vue sur la vallée pendant que vous y êtes. Un restaurant et de WC sont aussi disponibles sur place.

Pour les amateurs de gastronomie, découvrez Eswatini Kitchen et Black Mamba Chilli. Leurs produits sont disponibles entre autres à Nisela (le seul restaurant digne de ce nom sur la MR8 en venant du Kwa-Zulu Natal) et aussi à Mantenga Lodge.

House on fire est un lieu unique et incontournable de tous les routards. L’ambiance jeune, festive et créative du lieu vous transportera dans la culture Swazi vers 2019. Il est possible de se restaurer et loger sur place. Les nombreuses boutiques d’artisanat sur place feront le bonheur de tous les shopping- addicts.

Si vous souhaitez découvrir la culture Swazi, nous recommandons fortement la visite du village de Mantenga. Attention, il s’agit bien là de reconstitution, les personnes présentes sont rémunérées pour vous faire découvrir leur culture et leurs traditions. La visite du village (reconstitué) permet d’avoir un aperçu des modes de vies ancestraux Swazi (habitats, traditions, règles, rapport sociaux etc.) suivi d’une représentation musicale excellente ; le groupe est fantastique, à ne surtout pas rater. Votre guide local vous indiquera l’heure du prochain « show ».