Namibie

Canyon de la rivière Kuiseb

Récit de 2 géologues allemands cachés dans le désert du Namib

L’histoire de deux géologues allemands, Henno Martin et Hermann Korn cachés dans le désert du Namib pendant deux ans et demi pendant la Seconde Guerre mondiale, est bien connue des Namibiens mais moins connue des visiteurs. Voici leur récit.

Henno Martin, né en 1910 à Fribourg (Allemagne), obtint un doctorat en sciences naturelles et géosciences à l’Université de Bonn.

Hermann Martin, né en 1907 à Seggerde (Allemagne), collectionnait des minéraux lorsqu’il était enfant et devint le plus jeune membre de la société géologique de Saalfeld à l’âge de 10 ans.

Les deux amis, profondément troublés par le tournant de la politique allemande du début du 20ème siècle, décidèrent de chercher du travail à l’étranger. 

En août 1935, les Drs Korn et Martin montèrent à bord du bateau à vapeur Usambara à destination de Walvis Bay. Au cours de leur trajet le long de la côte ouest de l’Afrique, ils visitèrent plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest : Guinée, Sierra Leone, Ghana, Nigéria etc.

Le 8 septembre 1935, ils arrivent à Walvis Bay. Leurs recherches géologiques commencent dans les monts Naukluft en octobre.

Sur la base de leurs recherches, Henno Martin et Hermann Korn réfutèrent l’éminent géographe, le professeur Erich Obst, qui avait considéré comme très probable la déshydratation à venir de la Namibie. Ce différend a abouti à une question politique, à la suite de laquelle les deux jeunes géologues ne purent pas retourner en toute sécurité en Allemagne.

Lorsque leurs fonds de recherche prirent fin, les deux amis durent trouver un emploi. En 1937, ils deviennent consultants dans le choix de l’emplacement des puits d’eau, ce pour quoi ils étaient bien formés.

Le vendredi 1er septembre 1939, ils apprirent à la radio que l’Allemagne nazie avait envahi la Pologne. La Seconde Guerre mondiale avait commencé.

Dès lors, commence l’internement des Allemands vivant dans en Namibie. Ainsi, les deux géologues restèrent provisoirement libres, mais durent restituer leurs armes de chasse. Ils purent poursuivre leur travail sous certaines conditions.

Le 25 mai 1940, avec le chien Otto d’Hermann Korn, une camionnette, un pistolet et un fusil de chasse, ils prirent la route au crépuscule vers le sud-ouest en direction du Namib jusqu’au versant supérieur de la rivière Kuiseb. Là, ils cachèrent leur véhicule et pendant les deux années suivantes (plus 100 jours), ils vécurent dans un isolement total, connectés à la civilisation uniquement via un récepteur à ondes courtes.

Comment 2 géologues Allemands ont-ils survécu cachés dans le désert pendant 100 jours ?

Les 2 géologues durent trouver des solutions astucieuses pour survivre dans le désert.

Leurs journées étaient essentiellement passées dans le cercle sans fin de la survie, à savoir trouver de la nourriture et de l’eau.

Ils n’avaient que ce qu’ils pouvaient apporter avec eux. Les approvisionnements étaient limités et basiques (farine, sucre, tabac, etc.). Ils durent apprendre à chasser.

Ils enlevèrent la batterie de leur voiture et la rapportèrent pour alimenter leur radio leur permettant de suivre le cours de la guerre et d’écouter des concerts symphoniques sur Radio Cape Town. La batterie a été chargée avec une éolienne. 

Ils s’inquiétaient de leurs empreintes dans le sable et donc fabriquèrent des semelles en caoutchouc qui ressemblaient à des traces d’oryx et de zèbres pour empêcher la détection.

Le quotidien était aussi fait de moments de répits durant lesquelles ils capturèrent leur vie quotidienne en photographies. Hermann Korn a peint aussi plusieurs paysages à l’aquarelle et jouais du violon. Malgré les difficultés, ils poursuivirent la cartographie de l’environnement et leurs recherches géologiques.

Durant les 2 prochaines années, ils changèrent d’abri à 3 reprises.

Dans leur 2ème cachette à Nausgomab, ils construisent même une maison à partir de dalles éparpillées dans la région.

L’eau devenant de plus en plus rare, ils décidèrent de construire un réservoir d’eau. Après deux semaines, le réservoir était prêt. On en voit encore les vestiges aujourd’hui.

Octobre 1941, seulement 8 jours après avoir terminé le réservoir d’eau, Hermann repéra une patrouille de police et ils décidèrent de se déplacer vers la troisième et dernière cachette.

Leurs réserves de nourriture s’amenuisent et le gibier s’était déplacé faute de ressources en eau. Le manque d’approvisionnement devenant critique, Hermann Korn entreprit un voyage audacieux jusqu’à Windhoek. il revint avec un large stock de nourriture pour le plus grand plaisir de Henno et Otto.

Mi-février 1942, la pluie arriva : 100 mm en une demi-heure. Leur maison fut engloutie. Les deux géologues réussirent à se réfugier sur le versant de la montagne où ils érigèrent une maison d’urgence.

La fin d’une aventure extraordinaire

Hermann, tomba gravement malade du béribéri (une maladie provoquée par un déficit en vitamine B1) nécessitant son hospitalisation le 2 septembre 1942. Henno le conduisit à Windhoek puis retourna avec Otto dans le désert.

Herman étant convaincu que Henno ne serait pas capable de survivre seul, donna l’emplacement à la police.

Henno, fut arrêté et emmené à Windhoek. Il passa deux jours en prison et deux semaines en isolement à l’hôpital, avant qu’Hermann ne soit assez bien pour qu’ils fassent face à un magistrat, accusé d’une longue liste d’infractions mineures.

Ils reçurent une petite amende, payée par des amis, et libérés. Avant même la fin de la guerre, ils furent embauchés par le gouvernement Namibienn pour mener l’exploration des eaux souterraines.

Des destins extraordinaires se séparent

Le 9 août 1946 Hermann Korn meurt dans un accident de voiture.

En 1947, Henno est nommé directeur de la branche Namibie du South African Geological Survey  jusqu’en 1963 où devient directeur de l’Unité de recherche précambrienne à l’Université du Cap. Après seulement deux ans au Cap, Henno s’est vu offrir un poste prestigieux chaire à l’Institut géologique et paléontologique de l’Université de Göttingen (Allemagne), poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 1975.

Le livre de Henno Martin “The Sheltering Desert”, est une lecture recommandée pour tous ceux qui souhaitent retracer les aventures de Henno Martin et Hermann Korn. The Sheltering Desert est maintenant dans le domaine public et ne peut être acheté que d’occasion (si vous êtes chanceux). Une copie pdf complète (en Anglais) est disponible ici.

Adrénaline garantie

Les activités pour les accros à l’adrénaline en Afrique australe

Nous avons sélectionné les activités à ne surtout pas manquer en Afrique australe pour les accros à l’adrénaline et les sensations fortes. Parmi vous, certains sont des accros à l’adrénaline, vous aimez l’aventure, les émotions fortes et rien ne vous fait peur. N’attendez plus et réserver vos activités avec African Heart Travel.

Pour réserver les activités ci-dessous, envoyez-nous un email ou message via Whatsapp au +27 65 675 5083 – paiement instanté par Paypal.

Vous ne trouverez ici qu’un nombre limité d’activités impliquant une interaction avec des animaux sauvages. Celles que nous proposons sont effectuées dans un cadre établi, avec des prestataires travaillant de manière respectueuse et non invasive. Nous ne faisons pas la promotion d’activités lucratives impliquant des interactions rapprochées avec les animaux (hors réhabilitation).

Afrique du Sud

Saut à l’élastique au pont de Bloukrans

Lorsque vous visitez l’Afrique du Sud dans le cadre de notre circuit “Le meilleur du Cape Occidental“, notre itinéraire suit la Garden Route. C’est là que nous vous donnons l’occasion de sauter de ce qui est reconnu comme le plus haut saut à l’élastique au monde (depuis un pont ). La chute depuis le pont de Bloukrans est d’environ 216 mètres, ce qui offre un frisson d’aventure absolu et une montée d’adrénaline parfaite. L’âge minimum est de 14 ans. Tarif : à partir de R 1 400 par personne.

Rafting sur la rivière Orange

Voici l’aventure parfaite à ajouter à notre circuit “Désert et safari en Afrique du Sud” au moment de votre passage dans les régions de Vioolsdrift et du Richtersveld. Partez pour une journée complète de rafting le long d’un circuit panoramique sur la rivière Orange. Vous pouvez vous attendre à des eaux rapides, à une excellente avifaune le long de la rivière et à de magnifiques vues sur les montagnes du Richtersveld. Les pagayeurs aventureux peuvent tenter le jumping rock

L’excursion dure entre 4 et 6hrs durant lesquels vous couvrez une distance d’environ 15 à 25km (en fonction du niveau d’eau). Elle convient à tous les âges et aucune expérience préalable n’est nécessaire lors de cette excursion d’une journée. Tarif : à partir de R 900 par personne.

Il existe des formules sur plusieurs jours accessible à partir de 5 ans, avec nuit(s) en camping au bord de la rivière. Tarif : à partir de R 2 995 par personne.

Big swing à Graskop

Êtes-vous le genre de personne qui aime vivre à 100(km) à l’heure ? Est-ce que 0-160 km/h en 2-3 secondes vous semble assez rapide ? Dirigez vous vers la petite ville forestière de Graskop dans le Mpumalanga pour une poussée d’adrénaline qui satisfera votre besoin de vitesse. Votre courage y sera mis à l’épreuve lors de cette chute libre de 68 mètres dans les gorges de Graskop. Non seulement cela fera monter votre adrénaline, mais cela vous offrira également une vue imprenable. Après votre chute, vous pouvez partager avec le monde ce que l’on ressent en tombant d’un immeuble de 18 étages !

Ajoutez ceci à votre circuit “Road trip de 21 jours en Afrique du Sud” ! 

Cette activité est faisable à partir de 12 ans. Tarif : à partir de R 550 par personne.

Namibie

Parachutisme dans le désert de Namibie

Embarquez pour un vol panoramique en altitude depuis Swakopmund et découvrez où l’océan Atlantique rencontre les dunes du désert du Namib. La porte de l’avion s’ouvre et vous sautez attaché à un instructeur tandem qualifié. Vous tombez librement à 200 km/h pendant environ 35 secondes. Puis votre instructeur ouvrira alors le parachute et vous survolerez le plus vieux désert du monde suspendu à votre parachute pendant environ 7 minutes, puis enfin l’instructeur vous fera atterrir en toute sécurité sur Terre.

Cette poussée d’adrénaline ne ressemble à aucune autre, se jeter d’un avion à 3 000m dans les airs n’est pas pour les timides, mais aucun voyage à travers la Namibie n’est complet sans cette expérience. Nous recommandons cette expérience lors de la réservation de notre circuit “Entre déserts et canyons en Namibie“. 

Cette activité est faisable à partir de 10 ans avec autorisation signée obligatoire par les parents. Parfois, pour les personnes de plus de 40 ans ou avec des problèmes de santé existants se verront demander un certificat médical. Tarif : à partir de R 3 800 par personne.

Sandboard à Swakopmund

Les dunes de sable de Swakopmund sont le rêve de tout amateur de planche lors d’un road trip en Namibie. Des dunes de 100 m de haut vous appelle à les conquérir. Après avoir ciré votre planche, vous vous frayez un chemin le long de la face abrupte de la dune. Il y a 2 possibilités : allongé ou debout

Pour la version allongé, aucune expérience nécessaire, vous recevrez quelques explications puis débuterez par une dune “facile” appelée Little Nellie afin d’apprendre à diriger et à arrêter la planche. Vous pourrez atteindre 60 km/h sur les descentes suivantes et notamment celle surnommée Dizzy.

Pour la version débout, une expérience antérieure et un sens de l’équilibre sont un plus. Pour ceux habitués à la neige, vous devrez garder à l’esprit que le snowboard et le sandboard sont deux sports totalement différents. Vous devrez donc ajuster votre position et votre technique de la neige au sable. Mais après une descente ou deux, vous aurez l’impression d’évoluer dans une poudreuse très épaisse.

Faire du sandboard sur l’une des dunes emblématiques du désert du Namib est une aventure mémorable lors d’un Bivouac en Namibie – tant que le goût du sable du désert du Namib ne vous dérange pas !

Activité accessible à tous. Tarif : à partir de R 600 par personne

Parapente au-dessus du désert du Namib

La Namibie est probablement l’un des pays les plus attrayants au monde pour le parapente. Vivez une expérience inoubliable au-dessus du magnifique désert du Namib où les dunes offrent des vues spectaculaires.

Les dunes au sud de Swakopmund sont parmi les endroits les plus sûrs au monde pour apprendre l’art du parapente. Les vents du sud-ouest offrent une “portance” idéale. Pour vous assurer d’avoir les meilleurs vents, réservez votre séjour en Namibie entre octobre et mars, les périodes optimales pour le parapente; en revanche les températures sont élevées (jusqu’à 40°).

Cette expérience peut être intégrée à notre circuit “Namibie en liberté“.

Tarif : à partir de R 1 500 par personne

Pister à pied les rhinocéros noires

Vous êtes-vous déjà demandé ce que cela fait de regarder un animal de 1 100 kg droit dans les yeux et sans clôture entre vous deux ?

La Namibie vous offre la possibilité de pister les rhinocéros noirs (Diceros bicornis) avec un guide ranger. Une expérience unique et inoubliable. Un véhicule de safari vous amène à l’endroit où le pistage des rhinocéros se fera à pied. Lors de votre Aventure au nord de la Namibie, vous ferez étape dans la région du Damaraland où une belle population de rhinos vie dans une zone protégée d’environ 25 000 km², donc il faudra être patient. L’association “Save the Rhino” propose des patrouilles sur le terrain ainsi que la surveillance et le temps passé avec les rangers, vous donnera un aperçu de leur travail pour protéger ces magnifiques animaux.

Tarif : à partir de R 3 050 par personne – uniquement pour les personnes de plus de 16 ans.

Mozambique

Nager avec les requins baleines 

Vous avez toujours rêvé de nager avec les requins ? Eh bien, African Heart Travel fait du rêve votre réalité, notre circuit de 11 jours dans le Sud du Mozambique. Le Mozambique offre l’incroyable opportunité de pouvoir observer de près les requins baleines. Cette espèce en voie de disparition est le plus grand poisson vivant au monde (jusqu’à 14 m). Bien qu’ils puissent être aperçus tout au long de l’année dans les eaux du Mozambique, ils ont tendance à être plus souvent observés en été. Les meilleurs lieux pour les observer sont Praia do Tofo (entre septembre et février) et l’archipel de Bazaruto (entre octobre et avril).

Vous pourrez faire cette découverte lors d’une plongée avec tuba (snorkeling) ou de la plongée avec bouteille. 

Voici une activité accessible pour toute la famille, à condition de savoir nager. Tarif : en fonction de la plongée et la durée – sur devis.

Botswana

Camper au milieu des animaux

Imaginez vous endormir aux sons des hippopotames puis vous réveillez par les rugissements lointains des lions! Pour cela, rien de mieux que de camper en pleine nature. Ca vous semble insensé et irréalisable? Et bien au Botswana c’est très répandu. Il est possible de camper de manière totalement autonome au cœur de la faune sauvage africaine : réserve de Moremi, Savute, Parc National Chobe etc. Bien sûr African Heart Travel s’occupe de tout et nous ne vous laissons pas partir seul au milieu de la faune. Nous prenons en charge le guide ranger, le véhicule, l’équipement de camping etc. il ne vous reste plus qu’à prévoir votre appareil photo et votre plus beau sourire! L’expérience du camping au Botswana est un must absolu durant vos Aventures au Botswana

Zimbabwe

Saut à l’élastique

Aux Chutes Victoria (Victoria Falls), il est possible de sauter au-dessus du fleuve mythique, le Zambèze. Avec les chutes derrière vous et le fleuve qui coule sous le pont des chutes Victoria, ce n’est certainement pas un saut à l’élastique ordinaire. 4 secondes de chute libre, à 111 mètres, c’est l’un des plus hauts sauts du monde et la montée d’adrénaline est aussi impressionnante que la rivière elle-même.

L’âge minimum est de 14 ans et un poids minimum de 40 kg. Il faudra avoir votre passeport avec vous car le pont se trouver à cheval entre le Zimbabwe et la Zambie. Tarif : 170$ par personne

Rafting sur le Zambèze

Vous ne pouvez pas penser ou parler du Zambèze comme une simple étendue d’eau qui serpente doucement le long d’un cours déterminé. C’est une rivière, une cascade et l’un des plus magnifiques couloirs de rafting en eau vive au monde ! Les chutes Victoria sont un rideau d’eau d’1.7 kilomètres de long qui s’étend sur la roche de basalte scintillante, éclate en embruns, puis gronde dans les canyons en contrebas d’où son nom Mosi-oa-Tunya, la fumée qui gronde. C’est le domaine des Nyaminyami, le dieu de la rivière du peuple Tonga.

L’âge minimum est de 15 ans. Aucun niveau d’entrainement n’est nécessaire. Tarif : 120 $ par personne.

N’hésitez pas à partager avec nous vos souvenirs d’Afrique et vos activités pour un boost d’adrénaline et vos aventures à travers le monde sur les réseaux sociaux :  Facebook et Instagram

People of Southern Africa

Southern Africa is a very rich and diverse land with multiple tribes. We have selected a few to highlight their origine, traditions, and lifestyle. Discover the people of Southern Africa.

BaTswana (Botswana)

The Tswana of Botswana comprise several groupings, the most important of which, numerically speaking, are the Hurutshe, Kgatla, Kwena, Rolong, Tlhaping, and Tlokwa. They numbered about 4 million at the turn of the 21st century. There is a Tswana community in South Africa as well. Historically, the Tswana have lived in a grassland environment, practicing animal husbandry and subsistence agriculture based on corn (maize) and sorghum. Large communities are defined around water points on the edge of the Kalahari Desert.

Swazi (eSwatini)

The kingdom of eSwatini is where the Swazi live, as well as in the grasslands neighbouring Mpumalanga province in South Africa. The people of Swaziland (now known as eSwatini since 2016) practice polygamy and marriage involves the groom giving payment to the bride’s family in the form of Lebola. The famous Umhlanga (Reed Dance) and Incwala are traditional ceremonies that involve tens of thousands of Swazi people, and attract visitors from all over the world. Watch this video to discover this friendly and warm nation.

BaSotho (Lesotho)

Their history can be traced to ironworkers from the Phaloborwa region and can be found settling in the Johannesburg area in 11th century.  Moshoeshoe 1st unified the disparate clans of Sotho–Tswana origin that had dispersed across southern Africa in the early 19th century is what is now known as Lesotho. Most Basotho today live in Lesotho or in the province of Free State (South Africa) where men migrated to find employment in the mining industry. Today, most Sesotho speakers practice a form of Christianity that blends elements of traditional Christian dogma with local, pre-Western beliefs. Modimo (“God”) is viewed as a supreme being who cannot be approached by mortals. Ancestors are seen as intercessors between Modimo and the living, and their favor must be cultivated through worship and reverence.

Makua (Mozambique)

The Makua people, also known as Makhuwa, are a Bantu ethnic group found in northern Mozambique and the southern border provinces of Tanzania such as the Mtwara Region. They are the largest ethnic group in Mozambique, and primarily concentrated in a large region to the north of the Zambezi River. The total Makua population is estimated to be about 3.5 million. A significant minority of the Makua speaking people follow Islam, the rest have predominantly held on to their traditional religion, which reveres ancestors and nature spirits. 

Hereros (Namibia)

The Herero people suffered a dark period of history when colonised by Germany in 1884. Due to increased settlement by Germany and socio-economic divides between natives and new settlers led to conflict and subsequent genocide of 80% of the Herero people. Today, there are an estimated 280 000 Herero people in Namibia. They speak Otjiherero. Traditionally men are the heads of households and hold a lot of respect within the community. Customs include Otjiramue which means that cousins can marry each other. Herero people are known as strong culture keepers illustrated by the big ball gown dress and the head gear worn by women. The Herero are traditionally cattle-herding pastoralists who rate status on the number of cattle owned. 

Venda (South Africa)

Venda people live in the Limpopo province, in the extreme north-eastern corner of South Africa, bordering Zimbabwe. The Venda have been called a “composite people” because they have historically consisted of a multiplicity of culturally different groups. The rugged Venda habitat was largely responsible for protecting them from invading enemies in the 19th century. Zulu warriors led by Mzilikazi, the founder of the Ndebele nation, generally met defeat in their attacks on the inaccessible mountain fortresses of the Venda. The Venda were, in fact, the last of the peoples in the area to come under European control. Agriculture dominates the Venda economy. The principal crops are corn (maize), peanuts (groundnuts), beans, peas, sorghum, and vegetables. In Venda culture Chiefs are the custodians of the land of their people. South Africa’s current president Cyril Ramaphosa is of Venda decent. 

Ndebele (Zimbabwe)

In the early 19th century, the Ndebele people originated as an offshoot from the Natal Zulu people. Residents reside in hamlets called Kraals which are arranged in circle houses for the husband and his wives and children. Corn and maize are a staple for farming as well as cattle for milk and payment during weddings. In the Ndebele culture, the men are responsible for herding and milking cattle and the women do the farming. Ndebele also practice the custom of levirate, in which men are obligated to support the wives and children of their deceased brothers. Today, they mostly live around the city of Bulawayo in central Zimbabwe.

Keen on meeting all the friendly people of Southern Africa, join us on an a true african experience. Contact us TODAY.

Sunset Southern Africa

Our favorite spots for sunset in Southern Africa

Africa is one of kind; its colors, warmth and beautiful sunset are part of the reason why you travel such distance to witness its natural wonders. We have selected for you our favorite spots for sunset in Southern Africa. Follow the experts! Feel free to share your memories and photos of your beautiful sunset in Africa, we would love to see them!

Botswana

Chobe River

By far, one of the most beautiful sunset you can get in Southern Africa. It has it all, the peace and quiet, the colours, the wildlife and the cocktails. Make sure to hop on a boat to witness the true magic of nature from the Chobe river itself. For about 3h, you’ll experience a variety of sightings taking place on the shores, in the water or on the nearby islands : elephants, hippos, crocodiles and an incredible avifauna. Don’t forget your camera, this might very well be the best pictures you’ll be taking. African Heart Travel takes you on a cruise for wonderful memories in Botswana.

Kgalagadi Transfontier Park

Where the red dunes and scrub fade into infinity and herds of gemsbok, springbok, eland and blue wildebeest follow the seasons…Where imposing camel thorn trees provide shade for huge black-mane lions and vantage points for leopard and many raptors… this is the Kgalagadi Transfrontier Park. When the rainy season approches, around October, the sky hosts these giant white clouds creating a major contrast with the bright blue sky. When a storm is on its way, the sky takes on such bright colors, we have taken there some of our most beautiful pictures in the whole of Southern Africa.

Namibia

Swakomund

The seaside city of Swakopmund is a jewel along the Skeleton Coast of Namibia. Largely influenced by its German-colonial roots, Swakopmund offers visitors the chance to see an incredible landscape where the sand dunes of the desert meet the cold Atlantic ocean. 
If you are an oyster fan this is a treat for you. At the Jetty 1905 Restaurant you can sit on the sand or on a blanket and enjoy great food and great wine and just take in the beautiful scenery.

Windhoek

If you prefer less rocks and more city then visit the Hilton Skybar in Windhoek which is the tallest building in the city for drinks and a bite to eat. Located in downtown Windhoek and offering stunning views at dusk of the capital city, it is THE place to enjoy a nice cocktail and snack some biltong while watching the sunset with your friends. African Heart Travel takes you on a city tour and a culinary urban adventure around Windhoek!

Etosha National Park

Visiting Namibia will most definetely lead you into this wildlife sanctuary : Etosha National Park, home of 4 of the big 5. The name “Etosha” comes from this huge salt pan called Etosha and meaning “great white place”. From there you have majestic views of animals. After some rainfall enjoy magical sunsets overlooking the waterfilled pans and enjoy thousands of flamingos grazing. This is a truly unforgettable setting and sunset. 

Mozambique

Vilankulo

Vilankulo is a gateway to the more beautiful and uniquely situated Bazaruto Archipelago consisting of 4 sand islands, two are inhabited (Bazaruto and Benguerra), while the other two remain uninhabited. Bazaruto is known for its marine wildlife and coral gardens, sand dunes and beautiful coastal hills filled with scrubs and coconut palm groves. For the romantic ones, you may have found paradise on earth!

Pemba

Pemba is a port town built around a natural large bay, the closest major city to the amazing islands of the Quirimbas Archipelago, a place you should visit when in Pemba. The Quirimbas Islands are world-renowned for their white-sand beaches, pristine Indian Ocean waters and varied landscapes ranging from diving sites to Quirimbas National Park.

South Africa

Johannesburg

The Skye Bar in Sandown offers guests with a place to avoid traffic or meet with friends for a few drinks. Enjoy cocktails and a bite to eat with a panoramic view of Sandton. At the top of the 50 story building, the Calton Centre there is a 360° view of the city and is one of the tallest buildings in the city. Enjoy sundowners as you watch the city turn into the city of gold. The Beach is a rooftop bar in the heart of Johannesburg. If you are into cocktails, gourmet platters and food this is the place for you. Live entertainment with spectacular views.

Paternoster

On west coast of South Africa is a beautiful little hidden gem which will reminds you of Greece : Paternoster; It is one of the oldest fishing villages in the country. Looking for a perfect sunset spot here, make sure to visit Bekbaai beach for romantic sundowners sitting amongst the rocks and ocean. This 7km stretch of beach offers a view occasional dolphins sightings and a truly stunning sunset.

Cederberg Mountains

Just merely 3hrs north of Cape Town, the cederberg region is a perfect peaceful gateway for the busy city. The area is famous for its extensive range of mountains, boulders and San rock paitings. Comes this evening, the red, orange and yellow are magnificient. Make sure to bring back some rooibos tea from Clanwilliam, some olive oil from the various farms and (in season) the gorgeous citrus fruit which grow on large platnation in this area.

Zimbabwe

Matobo Hills

Zimbabwe is a land, truly endowed with rolling hills, amazing mountain peaks, refreshing natural pools, waterfalls, and wildlife. Moreso, it is a land that boasts of an abundance of picturesque spots to watch the sunset. Studies show that appreciating natural beauty – like sunset may boost your well-being, increase generosity and enhance life satisfaction. According to researchers, the key is to actively engage with the experience. That means,In order to reap the rewards of a Zimbabwean sunset, you need to stop what you are doing and pay full attention to the show in the sky. The sensation of watching the sunset will vary according to where you are in Zimbabwe but you are guaranteed that you will feel your spirit soar into a timeless existence at the sight of this natural beauty. Combined with Safari experiences such a river cruise, mountain hike or even the simple tradition of sipping on a local brew. Watching the sunset is one of the best ways to end off an incredible day on an African Adventure. After all, where on earth will you find sunsets equal to the ones in Zimbabwe? Where serenely beautiful landscapes, wildlife and waterfalls are illuminated by the gentle sun as it spreads its largess into a grateful sky.

Victoria Falls

A leisurely cruise along the mighty Zambezi River is a double delight. A superb way to relax and enjoy the spectacular beauty of the River and the golden sunset.

 

La bande de Caprivi (Namibie)

L’histoire de la bande de Caprivi

Caprivi fut nommée ainsi d’après le chancelier allemand Leo von Caprivi, à l’origine de l’échange avec le Royaume-Uni en 1890, afin de donner à l’Allemagne un accès au fleuve Zambèze et à une route vers la côte est de l’Afrique, où se trouvait la colonie de l’Afrique de l’Est allemande (qui fait maintenant partie de la Tanzanie). La rivière s’est révélée par la suite non navigable et inaccessible à l’océan Indien en raison des chutes Victoria.

Suite à la défaite de l’Allemagne après la 1ère guerre mondiale, toutes ses colonies lui furent reprisent, y compris la Namibie (Afrique de l’ouest Allemande à l’époque). Elle fut donc confiée au Royaume-Uni et à son petit protégé local, l’Afrique du Sud. En 1976, l’administration sud-africaine a créé la patrie pseudo-indépendante du Caprivi oriental avec son propre drapeau, son propre hymne national et ses armoiries. Il est resté de facto sous le contrôle direct du gouvernement sud-africain à Pretoria jusqu’en 1980, date à laquelle son administration a été transférée à l’administration sud-africaine de Windhoek.

À la fin du 20e siècle, la bande de Caprivi attira l’attention lorsque la Namibie et le Botswana portèrent devant la Cour internationale de justice un différend de longue date concernant sa frontière sud et essentiellement sur le canal de la rivière Chobe. Cela était important car, selon la décision prise, une grande île (connue sous les noms de Kasikili ou Seddudu, désignée respectivement par la Namibie et le Botswana) tomberait sur le territoire national de l’un ou de l’autre. En décembre 1999, la Cour internationale de justice a décidé que le chenal principal, et donc la frontière internationale, se situait au nord de l’île, faisant ainsi de l’île une partie du Botswana.

En 2014, la bande de Caprivi a été renommée région du Zambèze.

Les habitants, la géographie et la faune de Caprivi

Les habitants de la bande de Caprivi parlent un certain nombre de langues africaines, principalement des membres de la famille bantoue, et des locuteurs de hukwe, une langue San située au nord-ouest de la bande (à la frontière avec l’Angola). Yei ‘ou’ Yeeyi ‘), Mbukushu, Gciriku (ou’ Dciriku ‘), Fwe, Totela et Subiya. Beaucoup parlent aussi l’anglais et certains afrikaans.

La région du Zambèze est également la seule région qui partage ses frontières avec 4 autres pays – l’Angola, le Botswana, la Zambie et le Zimbabwe, tous membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

La capitale régionale est la ville de Katima Mulilo, située sur le fleuve Zambèze. Rundu et Divundu sont de petites villes que vous traverserez sur votre route (la B8) à travers la bande de Caprivi

La bande de Caprivi est entourée de 4 rivières pérennes – Chobe, Kwando, Linyanti et le puissant Zambèze! Pendant des années, cette région était le domaine de l’armée sud-africaine – la faune en souffrait – mais les soldats étant partis depuis longtemps, les populations d’animaux sauvages se sont rétablies. Ces zones riveraines associent des forêts riveraines et de vastes zones humides, attirant plus de 600 espèces d’oiseaux, 4 des 5 plus grands (moins de rhinocéros) et 4 parcs nationaux : Bwabwata, Nkasa Rupara, Mudumu et Mahango. Près de 200 espèces de flore, arbustes, arbres et fruits complètent la faune et la géographie.

Où se loger dans la bande de Caprivi ?

  • Dans la région de Rundu

Hakusembe River Lodge se situe dans un cadre arboré, à quelques kilomètres de Rundu, au bord de la rivière Kavango. Le service est excellent et la croisière au coucher du soleil avec une coupe de champagne n’est à surtout pas manquer. Un éco musée vous permettra de découvrir l’artisanat local (poterie). Le lodge est constitué de 20 chalets. Comptez à partir de R 1 800 ppn.

Taranga Safari Lodge offre le confort dans un cadre agréable et simple. L’ambiance est rythmée par les lignes de pêches et les couchers de soleil. La piscine vous permettra de vous détendre après une longue journée. Comptez R 1 900 ppn (DB&B).

  • Dans la région de Divundu

Ngepi Camp est un grand classique des aventuriers découvrant la bande de Caprivi. L’ambiance « roots » avec les nombreux panneaux humoristiques à découvrir (leur slogan : get a life), le bard « made in Africa » et la piscine dans la rivière Kwando font de ce lieu un passage obligé de tout aventurier qui se respecte. Dormez dans l’un des chalets surplombant la rivière pour une expérience unique, rythmée aux sons des hippopotames la nuit venue. Comptez R 900 ppn (B&B)

Divava Okavango Resort and Spa offre 20 chalets aux bords de la rivière Kavango. Les activités sont nombreuses, si vous n’avez pas envie d’un spa ou de profiter de la piscine. Il est possible de faire un safari dans l’un des parcs à proximité, une croisière sur la rivière ou même vous rendre aux chutes de Popa. Comptez R 2 500 ppn (DB&B).

Riverdance Lodge est un petit lodge appartenant à un couple Belge venu s’installé en Namibie il y a quelques années. Si vous recherchez la simplicité, l’authenticité mais le tout dans un confont certain, voici le lieu parfait ; vos hôtes maîtrisent l’art de « mi casa e su casa ». Comptez R 1300ppn (DB&B).

  • Dans la région de Kongola

Nambwa Luxury Tented Lodge est un hébergement haut de gamme au rapport qualité/prix élevé. Le confort et l’attention aux détails associés à l’excellent service et à l’environnement du lodge, en font l’un de nos favoris dans cette région. Le dîner sur le « deck » sera un souvenir inoubliable de votre séjour, croyez-nous… même pour les moins romantiques d’entre vous. Comptez R 7 500ppn (pension complète).

Namushasha River Lodge est notre coup de cœur, nous le connaissons depuis plusieurs années (bientôt 10…). Tout y est réuni pour une expérience réussie : confort mais pas trop, service au top (Alfred Alfred Alfred), une vue magnifique sur la rivière, une végétation exceptionnelle et des activités superbes (ne pas rater la croisière dans les méandres de la rivière à travers les papyrus). Et en plus, le tarif est plus que raisonnable, comptez R 1 900ppn (B&B).

  • Dans la région de Katima Mulilo

Zambezi Mabula Lodge se situe au bord du Zambèze, que vous rejoignez pas bateau. Le lodge est moderne mais s’intègre dans son environnement naturel. C’est lieu idéal pour se détendre (il y a un spa sur place), profiter du coucher de soleil sur le fleuve et découvrir les nombreuses espèces d’oiseaux de la région. Comptez à partir de R 2 000/ppn

Caprivi Mutoya Lodge est accessible par bateau durant la saison des pluies et par la route le reste de l’année. Il est situé à quelques minutes du Zambère et offre un large choix d’activités auxquelles participer durant votre séjour : pêche, balade en mokoro (pirogue traditionnelle) ou visite culturelle des villages voisins. Le lodge offre 3 types d’hébergements (tentes et chalets). Comptez à partir de R 900 ppn pour un chalet.

Notre itinéraire “Pistes d’Afrique australe” vous conduit dans la bande de Caprivi.

rhinocéros blancs

Différences entre rhinocéros blanc et rhinocéros noir

Les différences entre le rhinocéros blanc et le rhinocéros noir vous sont présentés dans cet article. Mais avant toute chose, on se doit de clarifier la confusion autour de ces 2 dénominations. Vous l’aurez sans doute constaté, les deux espèces de rhinocéros sont en fait grises. Alors d’où viennent leurs noms ?

Il s’agit d’une erreur de compréhension qui remonte à l’époque coloniale de l’Afrique du Sud. Les colons hollandais, ou Afrikaners, qualifièrent le rhino (Ceratotherium simum) de « wijde» qui signifie « large » faisant référence à la largeur de la bouche de l’animal. Les colons anglais ont confondu « wijde» pour « white » c’est-à-dire blanc. Ainsi le rhinocéros à la large bouche fut appelé rhinocéros blanc et l’autre, à la bouche étroite et pointue (Diceros bicornis), a été appelé rhinocéros noir, par souci d’opposition.

Il existe des différences très marquéEs entre les deux espèces. Certains d’entre eux comprennent l’apparence, l’habitat, les préférences alimentaires et le comportement.

Nous vous indiquerons également où se trouvent les meilleures chances d’observer chacun d’eux en Afrique australe durant vos voyages avec African Heart Travel.

Carte d’identité

Caractéristiques Rhinocéros blanc Rhinocéros noir
Nom scientifique Ceratotherium simum Diceros bicornis
Taille 1.6 à 1.9m 1.4 à 1.8m
Poids 1 700 à 2 300kg 800 à 1 400kg
Vitesse 50km/h 55km/h
Espérance de vie 40 à 50 ans 35 à 50 ans
Régime alimentaire Herbe Feuilles
Gestation 16 mois – 1 bébé 15 mois – 1 bébé

 La bouche et les régimes alimentaires :

L’une des différences la plus notable est la forme de la bouche.

Un rhinocéros blanc a des lèvres très larges et plates qui lui permettent de brouter. Elles sont idéales pour saisir et déchirer l’herbe, agissant comme une tondeuse à gazon.

Le rhinocéros noir, quant à lui, se nourrit de feuilles, de pousses et de branches. En conséquence, il a des lèvres pointues et préhensibles qu’il utilise pour saisir des arbres souvent très épineux.

La forme du corps :

Le rhinocéros blanc est beaucoup plus long, plus gros et plus corpulent tandis que le rhinocéros noir est plus court et plus trapu.

Un rhinocéros blanc a également un dos relativement plat avec une petite bosse à l’avant du corps alors qu’un rhinocéros noir a une cambrure profonde au milieu du dos. Bien que cela ne soit pas facile à voir lorsque l’animal vous fait face directement. Cela est très flagrant de profil latéral.

Parce qu’il est herbivore, le rhinocéros blanc aura toujours la tête baissée vers le sol. Vous ne verrez donc (presque) jamais un rhinocéros blanc avec la tête haute.

En revanche, le rhinocéros noir, lui, doit garder la tête haute car il passe la plupart du temps à se nourrir dans les arbres.

Les oreilles :

Parce que le rhinocéros blanc a une mauvaise vue et un nez toujours au sol, ses oreilles sont cruciales à sa sécurité. En conséquence, il a de très longues oreilles tubulaires qu’il pivote indépendamment comme de petits satellites.

Le rhinocéros noir, quant à lui, a les oreilles, les yeux et le nez en l’air la plupart du temps, ce qui signifie qu’il dépend moins d’un seul de ses sens. Ses oreilles sont donc beaucoup plus petites et de forme plus ronde.

Les cornes :

Le rhinocéros blanc a tendance à avoir une corne avant longue avec une seconde corne beaucoup plus courte.

Le rhinocéros noir, quant à lui, a deux cornes assez similaires en longueur. La corne avant est légèrement plus courte et la deuxième corne plus longue que celle du rhinocéros blanc.

L’habitat :

Le rhinocéros blanc se trouve généralement dans les prairies ou dans des zones plus ouvertes.

Le rhinocéros noir se trouve dans les fourrés et les broussailles denses.

Le comportement :

Le rhinocéros noir a la réputation d’être plus agressif et curieux que le rhinocéros blanc, qui est normalement un peu plus placide.

Ce comportement pourrait en partie être expliqué par le type d’habitat dans lequel se trouve le rhinocéros noir. Parce qu’il vit dans un environnement dense, vos rencontres avec l’animal se font à une courte distance, sans quoi, vous ne le verriez sans doute pas dans la végétation dense. Vous seriez donc dans sa zone de confort où il est beaucoup plus susceptible d’agir de manière agressive et défensive que si vous le voyiez à distance et qu’il avait plus de chances de fuir.

La mère et son bébé :

Les bébés rhinocéros noirs ont tendance à marcher derrière leur mère.

On voit souvent les bébés rhinocéros blancs marchant devant leur mère. Il est probable que ce soit pour qu’elles puissent garder plus facilement l’œil sur leur petit et sur un danger éventuel.

Les chiffres :

Les estimations générales suggèrent qu’il reste environ 18 000 rhinocéros blancs et 5 000 noirs à l’état sauvage.

L’UICN classe le rhinocéros blanc comme « quasi menacé » et le rhinocéros noir comme étant « en danger critique d’extinction ». Au début des années 1900, il y avait des centaines de milliers de rhinocéros errant à travers l’Afrique et l’espèce de rhinocéros noir était la plus prolifique. Les guerres civiles, les changements d’habitat, le braconnage illégal et les espèces concurrentes conduit à ce fort déclin.

L’association Save The Rhino Trust, basée en Namibie, travaille sans relâche pour protéger la population de rhinocéros noirs du pays. Les rangers patrouillent à pied et en 4×4, surveillent la population de rhinocéros et bien sûr sensibilisent la population. L’association vit uniquement des dons et indirectement des revenus du tourisme. Durant cette période difficile où le tourisme est à l’arrêt, l’association a plus que jamais besoin de nos dons. Pour faire un don, cliquez ici

Il est désormais difficile de connaître les populations de rhinocéros à cause du braconnage. Les parcs et réserves interdisent la géolocalisation des photos de rhinocéros pour ne pas faciliter la tâche aux braconniers. Basé sur notre expérience, voici les lieux où vous aurez le plus de chance d’observer ces magnifiques « bêtes à cornes ».

Où voir le rhinocéros blanc ?

La réserve de Hluhluwe-uMfolozi (Afrique du Sud), le Parc National Kruger (Afrique du Sud), le Parc National Matobo (Zimbabwe),

Nos 3 meilleurs itinéraires pour observer le rhinocéros blanc sont :

Où voir le rhinocéros noir ?

La région du Damaraland (Namibie), le Parc National Etosha (Namibie), le Parc National Addo Elephants (Afrique du Sud)

Nos 3 meilleurs itinéraires pour observer le rhinocéros noir sont : Aventures au nord de la Namibie et La Namibie en liberté

Testez vos connaissances sur les rhinocéros en réalisant un quiz.