Informations pratiques Botswana

Informations générales sur le Botswana

Gaborone

581,730 km²

2,3 milllions d’habitants, appelés les Batswana

Gaborone (230 000), Francistown (102 000), Molepolole (70 000), Mogoditshane (59 000), Maun (57 000)

Le Botswana est à GMT + 2.

Décalage horaire avec la France :

  • D’avril à septembre = même heure
  • D’octobre à mars = 1 heure de plus au Botwana

L’anglais est largement parlé et compris et est la langue pour les affaires et l’accueil.

Le seTswana est la langue maternelle de la plupart de Batswana.

Noirs 96 % (dont Tswana 79 %, Kalanga 11 %, Basarwa 3 %, Kgalagadi 3 %) Blancs 3 %, autre 1 %

Le Botswana est une nation à majorité chrétienne et autorise la liberté de pratique religieuse. Leur religion traditionnelle africaine indigène est appelée Badimo – qui se traduit littéralement par « ancêtres ».

Protestants 66 %, athées 20 %, Catholiques 7%, autres : 7%

Fatshe leno la rona

République parlementaire

Mokgweetsi Masisi

1er janvier – Jour de l’an
Week-end de Pâques d’avril – Vendredi saint et lundi de Pâques (les dates varient chaque année)
1er mai – Fête du travail
21 mai – Jour de l’Ascension
1er juillet – Journée Seretse Khama
20-21 juillet – Journée des présidents
30 septembre – Fête de l’indépendance
25 décembre – Noël
26 décembre – Boxing Day

Police : 999 – Ambulances : 997 et 911

Consulat honoraire du Botswana

88, avenue d’Iéna, 75116 Paris. Tél.: 01 47 20 08 23

Il n’existe pas d’ambassade du Botswana en France, mais vous pouvez contacter l’ambassade du Botswana qui se situe à Bruxelles : 169 avenue de Tervuren – 1040 Bruxelles – Tél : +32 (0)27 35 20 70 – Email : boteur@gov.bw

http://www.botswana-brussels.com/

Ambassade de France au Botswana

761 Robinson Road, Gaborone – Tél. : +267 (0) 368 08 00

Le Botswana est la destination de safari idéale à tout moment de l’année.

La saison sèche (avril à octobre) offre généralement la meilleure observation de la faune car les animaux se concentrent autour des points d’eau permanents et la nourriture est rare. Le pic de la saison se situe entre juillet et octobre, octobre étant le mois le plus chaud de l’année. C’est la période la plus chère de l’année et la plus demandée. Cela en fait bien sûr le moment le plus difficile pour obtenir un hébergement en lodge ou réserver un safari mobile. Pensez à réserver 6 à 9 mois à l’avance parfois plus…

La saison des pluies (novembre à mars) est favorable pour l’observation de l’avifaune dans l’Okavango et à Moremi. Les herbivores donnent naissance à leurs petits à partir de novembre. Toutefois, le retour des pluies conduit à la régénérescence de la végétation ce qui est moins favorable à l’observation animale. Plusieurs routes deviennent impraticables et certains lodges et camps difficiles d’accès peuvent fermer pendant quelques semaines. Ce sont aussi les mois les plus chauds de l’année. Une humidité élevée prévaut. La pluie a tendance à tomber sous forme d’orages courts et parfois violents. Bien que la pluie puisse tomber pour la première fois en septembre, les plus grandes quantités tombent entre décembre et février. Etant moins populaire, cette saison présente l’avantage de vous faire bénéficier de tarifs inférieurs à la haute saison.

De France vers le Botswana, composez le 00 267 ou +267 suivi du numéro voulu (sans le zéro)

Du Botswana vers la France composez le 00 33 ou +33, suivi du numéro voulu (sans le zéro)

Il est possible d’acheter une carte SIM locale « Pay as you go » (Mascom ou Orange) à Maun, Kasane ou dans tout autre ville de taille moyenne dans les aéroports, en supermarché et souvent dans la rue (dans des petites cabines aux couleurs de l’opérateur de téléphone).

Il faut ensuite recharger votre compte avec du crédit de communication (airtime), en vente dans les supermarchés, stations-services et assez souvent dans la rue (demandez conseil à votre guide ou à notre représentant local).

Attention, le réseau est quasiment inexistant dans les zones reculées du pays (75% du pays), notamment le kalahari et le delta de l’Okavango.

Certains lodges/camps ont fait le choix du “digital detox” n’offrant ni réseau téléphonique ni Wifi. Précisez- -nous lors de votre réservation si vous avez besoin d’être joignable durant votre séjour au Botswana.

Dans les grandes villes, vous pourrez vous rendre dans un café internet si nécessaire.

Pula (BWP)

Les billets représentent des personnages historiques (recto) et les points forts du Botswana (verso) et sont de : 10, 20, 50, 100 et 200 pulas.

Les pièces de monnaie sont : 1, 2, 5 pulas.

Taux de change en septembre 2020 :

1€ = BWP 13.6
1$ = BWP 11.4
1£ = BWP 15.3
1CAD = BWP 8.8
1CHF = BWP 12.6

Le Botswana possède un système bancaire moderne avec un bon réseau de succursales et de distributeurs automatiques de billets. Toutes les principales cartes de crédit et de débit sont acceptées par la majorité des commerces, hôtels, restaurants etc.  La carte American Express est toutefois moins acceptée et il pourra s’avérer judicieux de disposer d’une seconde carte (Visa ou MasterCard) au cas où. Pensez à avoir toujours une petite somme en liquide dans le cas où les cartes bancaires ne seraient pas acceptées ou le terminal de paiement en panne (ça arrive souvent).

Vous pouvez choisir de changer des devises étrangères en arrivant. Il est possible de le faire à l’aéroport, dans l’une des banques (Bank of Botswana, Barclays, FNB ou Stanbic Bank) ou bien dans un bureau de change sur présentation de votre passeport. Il est conseillé de demander des petites coupures, car il peut parfois être difficile d’obtenir de la monnaie à partir de gros billets et les billets plus petits sont pratiques pour les petits achats et les pourboires.

Vous pouvez également utiliser les distributeurs (ATM) présents dans l’ensemble du pays. En général vous pourrez retirer jusqu’à 2 000 pulas (environ 150€) par retrait, parfois plus dans les grandes villes. Il n’est toutefois pas nécessaire voire déconseiller de transporter de grosses sommes d’argent (risque de vol ou perte). La plupart du temps, grâce aux services d’African Heart Travel, vous n’aurez que peu de dépenses supplémentaires (hors dépenses personnelles).

La plupart des banques sont ouvertes de 9h00 à 15h30, du lundi au vendredi (certaines ouvrent le samedi matin, de 9h00 à 12h00). Dans les aéroports internationaux (Gaborone, Maun et Kasane), les guichets sont, en théorie, ouverts 7 jours sur 7, jusqu’à l’arrivée du dernier vol.

L’une des plus grandes expériences lors d’un voyage consiste à découvrir une autre culture. Une bonne façon de faire est d’essayer la cuisine traditionnelle du pays. Bien sûr, il existe une grande variété de cuisines disponibles dans les grandes villes du Botswana, de l’italien au chinois en passant par la fast-food et l’indien.

Durant votre séjour dans les parcs et réserves, vous dégusterez la cuisine locale, préparée par d’excellents cuisiniers.

Le plat national du Botswana s’appelle Seswaa. Habituellement préparé par les hommes, il est cuit dans une casserole en fer à trois pattes. C’est un plat de viande qui peut être préparé à partir de bœuf, de chèvre, d’agneau ou de poulet, cuisiné avec des oignons et du poivre. Une fois que la viande a cuit pendant deux heures, elle est déchiquetée et pilée avec du sel pour ajouter de la saveur.

Ceci est ensuite servi avec une polenta épaisse appelée Bogobe (l’équivalent du pap en Afrique du Sud, sadza au Zimbabwe ou ugali au Kenya… pour les connaisseurs). Bogobe est fabriqué en versant de la farine de maïs, sorgho ou millet dans de l’eau bouillante et en la faisant cuire jusqu’à ce qu’elle devienne une pâte molle.

Une autre spécialité locale à ne surtout pas manquer sont les chenilles de Mopane. Ce sont de belles chenilles multicolores qui sont grillés ou frites à la poêle avec des oignons et poivrons.

Vous n’aurez sans doute que peu d’occasion de manger au restaurant durant votre séjour au Botswana. Néanmoins sachez que les pourboires sont habituels car la plupart des travailleurs comptent sur eux pour compléter leurs revenus. La norme étant de 10% de la facture en fonction du service reçu. Vous serez les bienvenus à donner un pourboire aux équipes locales (guide ranger, assistant, cuisinier etc.) en une seule fois à la fin de votre séjour.

L’eau du robinet est déconseillée, en particulier dans les régions reculées du pays. Par mesure de précaution contre les maux d’estomac, nous vous recommandons de boire de l’eau filtrée ou en bouteille lorsque vous voyagez. L’eau minérale en bouteille est facilement disponible dans les magasins, les hôtels et les restaurants.

De nombreuses boissons gazeuses et alcoolisées sont produites dans des usines au Botswana, notamment Fanta et Coca-Cola. Les marques locales sont les bières Castle et Lion. Le lait est fermenté pour faire du madila (lait aigre) qui est consommé seul ou ajouté à Bogobe. Une boisson maison sans alcool appréciée est la bière au gingembre (ginger beer).

Si vous arrivez d’un autre pays d’Afrique australe, en autotour, n’ayez pas de nourriture dans votre voiture : viande fraîche, biltong, poisson, fromages, produits laitiers, fruits ou légumes frais sont interdits et seront confisqués au point d’entrée. Ceci s’applique également aux versions emballées sous vide de ces produits. Le Botswana est un pays d’élevage de bœufs (2.5 millions d’animaux dans le pays) – et ces précautions visent à limiter toute contamination possible dans les zones où il y a du bétail.

Le voltage au Botswana est identique à celui de la France (230 Volts). Vous pourrez donc utiliser vos appareils en toute sécurité avec l’utilisation d’un adaptateur.

Les prises de courant au Botswana sont de 2 types : de type G, utilisées au Royaume-Uni (3 fiches plates) ou de type D, utilisées en Afrique du Sud (3 fiches rondes).

Ces dernières années, la communauté LGBT est devenue plus visible et acceptée au sein de la population du Botswana, bien que l’homosexualité n’ait été décriminalisée que très récemment en juin 2019.

Nous recommandons d’éviter les manifestations explicites d’affection en public, quelle que soit votre orientation sexuelle.

Si vous êtes en situation de handicap, veuillez-nous en informer lors de votre réservation. Au regard de la nature du type de voyage d’aventure que suggère le Botswana, il sera indispensable d’aménager le séjour en prenant en compte vos besoins personnels dans sa préparation.

Les installations sont très peu nombreuses et une grande partie du pays peut être un parcours du combattant pour les utilisateurs de fauteuils roulants. Seuls quelques hôtels / lodges et restaurants haut de gamme ont installé des rampes et des balustrades.

Le delta de l’Okavango sera particulièrement difficile pour les personnes ayant des besoins spéciaux par nature de son environnement (marécageux). En revanche, les lodges dans le Kalahari et Makgadikgadi Pans sont relativement accessibles, à condition de voyager avec un compagnon valide.

Il convient également de garder à l’esprit que beaucoup des destinations au Botswana nécessiteront un (long) trajet en 4×4 et / ou en petit avion.

Il est interdit de fumer et vapoter dans les lieux publics ; y compris les hôtels, les restaurants, les bureaux et les centres commerciaux. Fumer n’est autorisé que dans les zones fumeurs.

Les cigarettes sont vendues en supermarchés et dans les stations-services.

Les recharges de vapoteuses sont en vente en boutique spécialisée dans les grands centres commerciaux.

La vente de produits du tabac est interdite aux personnes de moins de 18 ans.

Il est indispensable de consulter votre médecin traitant, et éventuellement votre dentiste, avant de partir au Botswana.

Au regard du type de voyage d’aventure que suggère la destination associée à l’éloignement géographique des infrastructures médicales, il est vivement conseillé de valider avec votre médecin traitant la faisabilité de ce voyage pour chacun des participants basés sur leur état de santé.

Pour les personnes de plus de 65 ans ou ayant des problèmes de santé existants (diabète, problèmes cardiaques, ALD etc.) un certificat médical pourra vous être demandé.

Assurez-vous d’avoir prévu votre traitement habituel ou sur ordonnance dont vous pourriez avoir besoin pendant votre voyage. Nous vous conseillons de conserverez médicaments et ordonnance dans votre bagage à main dans un sachet transparent (pour les contrôles de sécurité à l’aéroport). Si nécessaire, l’accès à une pharmacie ne pourra se faire que dans les villes comme Maun ou Kasane.

Lors de votre visite médicale, il faudra vous assurer d’être à jour de vos vaccins habituels. Il est conseillé de se faire vacciner contre l’hépatite A et B et la fièvre typhoïde.

Notez cependant qu’aucun vaccin n’est obligatoire pour visiter le Botswana, sauf la fièvre jaune si vous avez visité un pays où la maladie sévit. Plus d’information sur le site de l’OMS.

Une petite trousse de premiers soins – Produit anti-moustiques, crème solaire, répulsif anti-tiques, paracétamol… – est également conseillée afin que vous puissiez traiter vous-même les blessures ou les maux mineurs. Retrouvez nos conseils pour la préparation de votre valise, y compris la trousse de premiers secours.

Si vous portez des lentilles de contact, nous vous conseillons de vous munir de votre paire de lunettes de vue en cas d’irritation.

African Heart Travel inclut dans tous ces voyages au Botswana la prestation « Okavango Air Rescue » d’un montant de 175 pulas par personne (13€) pour l’assistance médicale par hélicoptère dans le cas d’un incident grave qui nécessite une évacuation. Une fois contacté pour une urgence, l’OAR enverra un hélicoptère entièrement équipé avec un médecin d’urgence pour traiter et stabiliser le patient sur place, avant de le transporter vers le lieu approprié le plus proche où d’autres dispositions seront prises. Plus d’informations sur le site d’Okavango Air Rescue.

Le paludisme (ou malaria) est présent dans l’ensemble du Botswana à des degrés divers :

  • Le sud du pays (désert du Kalahari, Gaborone) est classifié en zone à faible risque (< 1 cas par 1 000 habitants)
  • La région de Francistown, Nata, Ghanzi, située à la limite entre le Kalahari et le delta de l’Okavango, agit comme une zone tampon dans laquelle le risque est qualifié de modéré (1 à 10 cas par 1 000 habitants)
  • La région nord du pays (Delta de l’Okavango, réserve de Moremi, Savute et le Parc National Chobe) est classifiée comme zone à risque élevé, en particulier durant la saison des pluies (10 à 50 cas par 1 000 habitants)

Votre médecin, ou la clinique du voyage, vous fournira des informations sur les risques de paludisme et l’éventualité d’un traitement antipaludéen adapté. Rappelez-vous que la meilleure prévention est d’éviter d’être piqué. Au crépuscule, vaporisez du spray anti-moustique, et portez des pantalons et chemises à manches longues.

Pour plus d’informations :

  • Institut Pasteur (Tél : 01 45 86 30 14)- Consultez le site de l’institut Pasteur pour plus d’informations sur la prévention du paludisme ici et la fiche pays Botswana ici.
  • Centre de vaccination Air France (Tél : 01 41 56 66 00) pour les personnes résidant à Paris.
  • Plus d’informations sur les répulsifs anti-moustiques sur le site du ministère de la santé.

Le Botswana a un taux très élevé de prévalence du VIH/SIDA (1 adulte sur 5 est séropositif). Des pratiques sexuelles sans risque sont impératives. Les préservatifs sont disponibles en pharmacie, supermarchés et stations-services.

La schistosomiase est une infection parasitaire (également connue sous le nom de bilharziose) qui se transmet aux humains par contact avec de l’eau douce. Evitez de nager, se baigner ou pagayer dans les lacs et les ruisseaux d’eau douce.

Sur place, des services médicaux sont disponibles dans les cliniques et hôpitaux gouvernementaux de tout le pays. Toutefois, nous recommandons de faire appel à un médecin privé disponible dans les grandes villes, telles que Gaborone, Francistown et Maun.

L’hôpital privé de Gaborone est le plus grand hôpital privé du Botswana. Dans le cas d’une hospitalisation, l’hôpital exigera une couverture médicale (avance des frais) ou un paiement en espèces à l’avance lorsque la couverture médicale n’est pas disponible.

En cas d’incident ou pathologie grave, prévenez votre assurance voyage au plus vite afin d’assurer votre prise en charge dans les meilleures conditions possibles. Consultez également le site du service public pour le remboursement de frais engagés.

Signalez-nous par avance tout problème de santé connus (diabète, allergies alimentaires, ALD etc.).

Les zones touristiques du Botswana sont très sûres car elles sont éloignées et la plupart ne sont accessibles que par des avions légers. Cela empêche la propagation des activités criminelles aux lodges.

Le Botswana est un pays très sûr où voyager et la criminalité ciblée sur les touristes est minime. Mais, tout comme dans la plupart des endroits du monde, il faut être prudent dans les villes :

  • Ne jamais laisser d’objets apparents dans votre véhicule
  • Faites attention à vos objets de valeur et si possible évitez de les montrer en public (ex : bijoux, téléphone portable, argent…)
  • Ne laissez personne vous aider à un distributeur
  • Soyez attentifs à votre environnement et si vous remarquez quelque chose ou quelqu’un de suspect, faites appel aux autorités (police, agents de sécurité etc.)
  • Evitez les déplacements à pied, seul et de nuit
  • Dès que possible, laissez votre passeport en sécurité et ayez sur vous une photocopie.
  • Evitez de conduire de nuit.

Rappelez-vous que le Botswana possède certains des parcs et réserves les plus sauvages d’Afrique et sans clôture pour empêcher les animaux sauvages de se déplacer librement.

Si vous êtes en safari mobile en groupe ou dans un camp/lodge, suivez toujours les instructions de l’équipe locale (guide ranger, manager de lodge etc.).

Si vous vous trouvez dans une situation menaçante, essayez de rester calme et silencieux et faites exactement ce que votre guide vous dit. Les animaux ne s’intéressent généralement pas aux humains à moins que vous ne fassiez quelque chose pour les provoquer ou les ennuyer.

Si vous êtes en autotour, suivez les consignes suivantes :

  • Il est recommandé de voyager en convoi de 2 véhicules minimum.
  • Pour la tranquillité d’esprit, nous recommandons fortement la location d’un téléphone satellite, d’un GPS et des cartes.
  • Avant le départ, vérifiez la présence et le bon fonctionnement des pneus de rechange (au moins 2) et du kit pour changer une roue.
  • Emportez des bidons d’essence supplémentaires – même si vous avez un réservoir de secours. Le type de conduite au Botswana vous fera utiliser beaucoup de carburant.
  • Le volant est à droite et les véhicules circulent sur la voix de gauche (à l’inverse de la France).
  • La vitesse est limitée à 30km/h en ville, 60km/h à 100km/h proche des agglomérations et 120km/h sur les voies rapides et autoroutes.
  • Les radars fixes n’existent pas mais les radars mobiles sont fréquents. Il est formellement interdit de payer (en liquide) une amende à un officier de police. Si celui/celle-ci vous le demande, refusez poliment mais fermement. Indiquez qu’il s’agit d’une voiture de location et qu’ils doivent donc faire parvenir l’amende au loueur directement par courrier. Celui-ci vous facturera des frais de dossier en prenant sur la caution prise sur carte de crédit fournie à la prise en main de la voiture.
  • Emportez au moins 100 litres d’eau avec vous, pour boire, cuisiner, faire votre toilette, lessive ou remplir le radiateur du 4×4. L’eau des rivières doit être bouillie avant d’être utilisée.
  • Ne conduisez pas hors route ! Ceci est interdit dans tous les parcs nationaux pour préserver la nature. Respectez ces règles également en dehors des parcs.
  • Les animaux ont toujours la priorité. N’oubliez pas que les parcs et réserves du Botswana ne sont pas clôturés ; les animaux peuvent être partout. Au-delà de la faune sauvage, une grande quantité de bétail domestique se déplace entre les pâturages et les sources d’eau. Eviter donc de conduire la nuit.
  • Ne nourrissez pas les animaux.
  • Dans les parcs et réserves, restez à proximité de votre voiture et ne vous promener pas la nuit.
  • Si vous campez, fermez toujours la fermeture éclair de votre tente lorsque vous vous couchez et lorsque la tente est laissée sans surveillance.
  • Ne stockez pas de nourriture dans la tente.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site de France diplomacie pour retrouver les conseils de l’Etat français sur le Botswana.

Durant les safaris, il est conseillé de porter des vêtements de couleur neutre (beige, marron, kaki) et d’éviter les couleurs vives.

Ayez de bonnes chaussures de marche si vous partez en safari à pied, ainsi qu’un chapeau, de la crème solaire et au moins 1.5l d’eau par personne.

Pensez à rester le plus silencieux possible et évitez de faire des mouvements brusques.

Ne sortez ou descendez pas du véhicule sans l’accord préalable du chauffeur/guide.

Pour l’équipement, pensez à vos jumelles, appareils photo et caméra vidéo et plusieurs cartes mémoires ainsi qu’une batterie de rechange. En safari-mobile, vous n’aurez pas toujours accès de façon régulière à l’électricité pour charger vos équipements. Prévoyez un chargeur nomade ou solaire.

Si vous êtes dans un mokoro (pirogue traditionnelle), ne traînez pas votre main ou pied dans l’eau.

Lorsque vous parlez pour la première fois à quelqu’un, vous devez le saluer. Ainsi, par exemple, si vous souhaitez demander votre chemin, ne demandez pas simplement : « Où est la rue … », ce serait impoli. Au lieu de cela, vous aurez un meilleur accueil (et une meilleure chance de bons conseils) en disant :

Vous : « Bonjour »
Local : « Bonjour »
Vous : « Comment allez-vous ? »
Local : « Je vais bien, comment allez-vous ? »
Vous : « Je vais bien, merci. Savez-vous où est la rue … »

Pour un accueil encore meilleur, apprenez ces quelques mots de salutation en seTswana à découvrir dans notre mini-dictionnaire. Une salutation donnée dans la langue locale sera reçue avec plaisir.

Restez toujours courtois et polis avec la population locale. Elever la voix et proférer des insultes est TRES mal vu. Dans n’importe quelle situation, le calme et le respect vous permettront de résoudre tous les problèmes.

Ne prenez pas de photos “à la sauvette” sans autorisation de la personne dont vous souhaitez faire le portrait. Après quelques négociations, cela est possible en général. Si la communication verbale n’est pas possible, la « langue des signes » convient parfaitement à cette question : il suffit de pointer votre appareil photo, de hausser les épaules et d’avoir l’air interrogateur. Vous ne devriez pas avoir à « rémunérer » la/les personnes photographiés mais le choix reste à votre discrétion. Ne photographiez jamais les bâtiments gouvernementaux, ponts, mines et postes frontières et autres sites similaires d’importance stratégique.

Vos vêtements sont un domaine qui peut facilement offenser. La plupart des gens au Botswana froncent les sourcils face aux vêtements étroits ou révélateurs, surtout lorsqu’ils sont portés par des femmes. Les shorts sont parfaits pour les safaris à pied, sinon habillez-vous de manière « conservatrice » et évitez les shorts et jupes courts, en particulier dans les zones rurales.

Si vous avez un doute sur une attitude ou un comportement à adopter, demandez à quelqu’un conseil à votre guide sur place. Il vous dira rarement que vous êtes impoli, mais il vous donnera généralement de bons conseils sur la façon de rendre votre comportement plus « acceptable ».

Voyages au Botswana