Durban

Découverte de Durban

Découverte de Durban – Afrique du Sud

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi nous aimions tant Durban, la 3ème plus grande ville d’Afrique du Sud. Voici une découverte de Durban.

Durban est une ville riche en diversité et en culture. Il y a tellement de choses à faire dans ce climat subtropical. Cela signifie que vous pouvez connaître des hivers chauds et ensoleillés ainsi que des étés chauds et humides. La température moyenne en hiver est agréable de 23° tandis que les étés peuvent atteindre une moyenne de 35°. La plupart du temps pluvieux se produit pendant les mois d’été d’octobre à mars, les mois les plus secs étant de juin à juillet.

Pour ceux qui recherchent un peu d’aventure, Durban a beaucoup à offrir. Si les sports nautiques ne sont pas votre tasse de thé, vous pourrez découvrir la balançoire la plus haute du monde au stade Moses Mabhida. Une expérience à haute adrénaline dans le stade qui a accueilli les demi-finales de la Coupe du monde en 2010. C’est ici que vous pourrez apprécier une vue à 360 degrés sur la ville au sommet d’une grande balançoire de 7 mètres de haut.

Si vous recherchez un peu de paix et de tranquillité, le temple Hare Krishna est un must. Ici, vous trouverez trois grands dômes dorés et blancs s’élevant vers le ciel au-dessus d’un toit octogonal qui est vraiment une merveille architecturale. Il y a un petit quelque chose pour tout le monde avec un style est-ouest, traditionnel-rencontre-moderne-rencontre-futuriste. Vous pouvez passer l’après-midi à travailler sur votre paix intérieure dans l’un des services Arati ou remplir votre ventre de délicieux repas végétariens au restaurant du Govinda. Si vous avez vraiment faim, vous pourrez découvrir le Bunny chow, un plat original typique de Durban, un incontournable datant de 1940 et originaire de la communauté indienne. Une miche de pain évidée remplie de délicieux curry constitue le déjeuner take-away parfait.

Pour les fans de musées comme nous, Durban offre une belle variété parmi laquelle choisir. Nous en avons sélectionné 2 : le musée Phansi qui abrite certaines des plus grandes collections d’arts, d’artisanat et d’objets traditionnels d’Afrique du Sud. Le musée est installé dans la maison de Roberts, qui a été construite en 1898 et abritait Esther Roberts, l’une des premières femmes anthropologues d’Afrique du Sud. Le célèbre musée “Kwa muhle” qui vient d’un terme zoulou qui signifie “le lieu du bon” et a été nommé en référence à son premier directeur, M. Marwick. Cet homme a aidé pas moins de 7 000 Zoulous à fuir le Gauteng (alors appelé le Transvaal) pendant la guerre anglo-boer.

Si vous cherchez à pimenter votre vie, vous pouvez visiter l’un des marchés traditionnels de Durban. Vous pouvez vous immerger dans la culture locale au Victoria Street Market où vous trouverez de riches produits indiens et africains. L’étage inférieur du marché est dédié aux produits frais et aux viandes, l’étage supérieur est l’endroit où vous pouvez trouver des souvenirs, des bijoux et des vêtements.

Avec une variété de cultures et d’activités différentes pour que tout le monde puisse en profiter, il est facile de comprendre pourquoi Durban est aimée par tant de gens.

Envie de découvrir Durban et la province du Kwa-Zulu Natal ? Faites votre demande de devis en ligne.

Pour plus d’informations sur les visites et activités à Durban, consultez le site de l’office du tourisme (en anglais).

Le rugby en Afrique du Sud

Les débuts du rugby en Afrique du Sud

À cette époque de l’histoire sud-africaine, avant l’adoption des lois d’apartheid, les Sud-Africains non blancs et blancs jouaient au rugby, bien que séparément.
Le premier match de rugby officiel organisé a eu lieu au Cap en 1862. Seuls les Sud-Africains blancs ont été autorisés à participer à la fois aux Britanniques et aux Afrikaners. Le match était entre l’armée et la fonction publique.
D’autres communautés sud-africaines ont également adopté le rugby comme faisant partie de leur identité. En 1897, le South African Colored Rugby Football Board a été créé.
Le rugby a joué un rôle important dans la vie de nombreux Sud-Africains malgré les différences de religion et de culture
En 1906-1907, l’Afrique du Sud a envoyé sa première équipe composée de Sud-Africains blancs à la fois afrikaners et britanniques lors d’une tournée dans les îles britanniques. La tournée a contribué à apaiser les mauvaises relations entre les deux parties qui existaient depuis la guerre anglo-boer de 1899-1902.

Le rugby sous l’apartheid

Après le début de l’apartheid, les Sud-Africains noirs ont été exclus des centres d’entraînement et des terrains et ont été séparés de leurs compatriotes blancs.
Le régime de l’apartheid a utilisé le rugby comme instrument d’oppression. Pendant une grande partie du 20ème siècle, l’idéologie et la législation racistes ont empêché les Sud-Africains blancs et non blancs de jouer ensemble.
Tout au long de la première moitié du 19ème siècle, le symbole Springbok est devenu lié au nationalisme et à la politique afrikaners. Les anciens joueurs afrikaners de l’époque ont utilisé leur succès sur le terrain comme plate-forme pour exprimer leurs opinions politiques.
Cependant, tout comme l’apartheid, le sport du rugby a fait face à une pression croissante, à la fois des habitants du pays et du reste du monde, pour changer.
Même après 1976, lorsque le gouvernement de l’apartheid a autorisé les Sud-Africains noirs à participer aux organisations sportives en tant que Blancs, ils étaient toujours confrontés à de nombreux obstacles invisibles tels que les installations éloignées de leur nouveau lieu de vie en raison de la loi sur les zones de groupe qui a vu le retrait forcé de personnes de couleur loin du centre-ville vers la périphérie de la ville.

En raison de la poursuite des politiques racistes des pays, l’Afrique du Sud a été exclue de la toute première Coupe du monde de rugby en 1987 et n’a été autorisée à revenir qu’en 1992.

En 1995, sous la direction de Nelson Mandela, les springboks ont affronté les All blacks lors de la finale de la Coupe du monde de rugby et l’ont emporté de justesse. Cette victoire avec Mandela portant le maillot et la casquette Springbok a montré au monde et aux Sud-Africains qu’ensemble, toutes les ethnies pouvaient être unifiées et travailler ensemble pour montrer au monde à quel point nous sommes forts en tant que pays. 

L’actualité du rugby en Afrique du Sud 

L’équipe des springboks est triple championne du monde rugby (1995, 2007 et 2019). Elle mettra son titre en jeu lors de la prochaine coupe du monde en 2023 qui aura lieu en France. Détails des matchs de l’Afrique du Sud ici.

En cette fin d’année 2022,  les springboks se sont inclinés face à la France le 12 novembre (26-30) mais ont battu l’Angleterre (13-27) dimanche 26 novembre. 

Envie d’assister à un match de rugby lors de votre prochain voyage en Afrique du Sud ? Rien de plus simple, faites-en mention dans votre demande de devis et nous tâcherons de vous organiser cela.

Parmi les big, le lion

Quiz big 5

African Heart Travel vous propose de tester vos connaissances sur les célèbres Big 5 en répondant aux 20 questions de ce quiz : 

1. Parmi la liste suivante, quel animal ne fait pas partie des BIG 5 ?

    1. Eléphant
    2. Hippopotame
    3. Lion
    4. Léopard
    5. Rhinocéros

2. En moyenne, combien de litres d’eau un éléphant boit-il par jour ?

    1. 50 litres
    2. 80 litres
    3. 30 litres
    4. 170 litres

3. Est-ce vrai que comme le chat, le léopard ronronne lorsqu’il est heureux ?

    1. Vrai
    2. Faux

4. Chaque jour, quel pourcentage de son poids le lion mange-t-il en moyenne ?

    1. 15%
    2. 20%
    3. 5%
    4. 30%

5. Lesquels des rhinocéros possèdent une bouche plate ?

    1. Rhinocéros blanc
    2. Rhinocéros noir

6. Les tâches du léopard sont appelées des rosettes.

    1. Vrai
    2. Faux

7. Parmi les big 5, lequel est solitaire ?

    1. Lion
    2. Eléphant
    3. Rhinocéros
    4. Buffle
    5. Léopard

8. Plus la crinière d’un lion est sombre, plus il est âgé ?

    1. Vrai
    2. Faux

9. Combien de mois dure la gestation d’une femelle éléphant ?

    1. 12
    2. 22
    3. 18
    4. 14
    5. 28

10. Comment différencie-t-on le mâle de la femelle buffle ?

    1. Les femelles sont plus grosses que les mâles
    2. Les cornes des femelles sont plus fines et espacés que celles des mâles
    3. Les femelles n’ont pas de cornes
    4. Les femelles sont plus foncées que les mâles

11. Qu’est-ce qui compose la corne du rhinocéros ?

    1. Zinc
    2. Poussière d’or
    3. Kératine
    4. Calcium

12. D’où vient la dénomination de « big 5 » ?

    1. Les 5 animaux les plus appréciés des touristes
    2. Les 5 animaux les plus dangereux à la chasse
    3. Les 5 animaux les plus forts animaux d’Afrique
    4. Les 5 animaux les lourds d’Afrique

13. Quel est le sens le plus développé chez le rhinocéros blanc ?

    1. La vue
    2. L’ouïe
    3. L’odorat

14. Le lion peut dormir jusqu’à 20h par jour

    1. Vrai
    2. Faux

15. Quelle est le Big 5 le plus rapide de la savane ?

    1. Lion
    2. Eléphant
    3. Rhinocéros
    4. Buffle
    5. Léopard

16. Lequel des Big 5 n’aime pas l’eau ?

    1. Lion
    2. Eléphant
    3. Rhinocéros
    4. Buffle
    5. Léopard

17. Lequel des Big 5 a le régime alimentaire le plus varié ?

    1. Lion
    2. Eléphant
    3. Rhinocéros
    4. Buffle
    5. Léopard

18. A quel Big 5 le surnom « dagha boys » fait-il référence ?

    1. Lion
    2. Eléphant
    3. Rhinocéros
    4. Buffle
    5. Léopard

19. Combien de muscles contient la trompe d’un éléphant ?

    1. 3 000
    2. 250
    3. 40 000
    4. 35

20. Quel est le surnom des buffles relatif à leur fort caractère : ils ne pardonnent jamais et cherchent à se venger ?

    1. Les vengeurs cornus
    2. Mafia
    3. Œil pour œil, corne pour corne

Réponses : 1A – 2D – 3B – 4C – 5A – 6C – 7E – 8A – 9B – 10B – 11C – 12B – 13C – 14A – 15A – 16A – 17E – 18D – 19C – 20B

Hwange National Park in Zimbabwe

Why visit Hwange National Park (Zimbabwe) ?

Hwange National Park is the largest national park in Zimbabwe and sees thousands of visitors every year. Hwange has over 100 different species of mammals and over 400 different species of birds. It is situated only 3hrs away from World-famous Victoria Falls, making it the perfect bush gateway! African Heart Travel tells you why it is bucket-list candidate on a safari holiday in Southern Africa.

During the dry season from July to October, the watering holes become a haven for fauna while the flora thins out making the animals easier to spot. This makes your stay inevitably more crowded due to the popular time of year.

However, if you’re looking for a quieter holiday then you should consider visiting during the green season months from November to April. Visiting during this time will mean the fauna will be greener and if you’re lucky you might spot new-borns finding their feet in the wild. For bird enthusiasts the green season is the best time of year for bird spotting as flocks migrate in massive numbers to the park. Visiting during the green season means that the rain has turned much of the dry plains into grasslands which attract all sorts of animals such as zebra, impala, waterbuck and kudu. The presence and amount of all these grazers attract predators and there is a good chance you could catch a lion or cheetah on the hunt for some lunch.

Hwange National Park is one of the last few elephant sanctuaries left in Africa and as such it is very likely that you will see plenty. A heard of 100 strong elephants can also be seen. It is also famous for its numerous wild dogs packs. In fact, the HQ of the local NGO Painted Dog is based here and monitors the healthy population of wild dogs living in the park.

The park also offers a thrilling night drive experience for guests. We have a few gems for you choose from for your stay in Hwange such as The Private Hide or Camp Hwange

There is no permanent watering source in the park as the animals rely on the numerous watering holes that pop up after the heavy rains. However, the park has maintained a number of these watering holes throughout the year which ensures the livelihood of many animals.

With so many different species of animals and plants to see Hwange National Park is definitely a place to visit for anyone in search of an authentic wildlife experience. And you just so happen to know the right person to ask : Our team ! 

Balade en mokoro

Les merveilles du Botswana

Le Botswana est un pays grandiose que nous adorons. Découvrez les merveilles du Botswana dans notre article ci-dessous.

Le delta de l’Okavango

L’Okavango, avec ses 1 500 km de long, est le troisième plus grand fleuve d’Afrique australe. Le delta de l’Okavango est situé au nord-ouest du Botswana. Il est composée de marécages permanents (600 000 ha) et de prairies saisonnièrement inondées (1,2 million d’hectares). Il s’agit d’un des très rares grands systèmes de deltas intérieurs n’ayant pas de débouché dans la mer et d’un système de zones humides quasi intact. Une des caractéristiques uniques de ce site est que les crues annuelles se produisent en saison sèche, de sorte que les plantes et les animaux ont synchronisé leur rythme biologique avec les crues et les pluies annuelles. Naturellement, grâce à ses eaux, il est possible de voir les big 5 : lion, éléphant, rhinocéros, buffle et éléphant mais aussi de nombreux autres mammifères, plus de espèces d’oiseaux et au moins 80 espèces de reptiles. 

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Magie du Botswana

La réserve de Moremi

La réserve de Moremi (environ 5 000km²) est une zone protégée à l’est du delta de l’Okavango. Elle a été nommé d’après le chef Moremi de la tribu BaTawana. Ce magnifique paradis possède l’un des écosystèmes les plus riches d’Afrique tout en abritant les espèces de grands mammifères les plus menacées : le guépard, le rhinocéros blanc et noir, le lycaon et le lion. Que vous cherchiez à camper dans la nature ou que vous préfériez un hébergement de luxe, vous pouvez trouver le type d’aventure que vous recherchez. Pour vous rendre dans ce paradis faunique, vous devez prendre un avion-taxi depuis Maun pour rejoindre le.s lodge.s que vous aurez choisi. Si vous voyagez par la route un 4×4 sera nécessaire.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : 100% safari au Botswana

Le Parc National Chobe

Dans ce magnifique parc, vous ne manquerez pas de voir une faune abondante parmi de grands troupeaux de buffles, des troupeaux d’éléphants et des prédateurs. Chobe est un véritable paradis pour les familles, les couples et les voyageurs chevronnés. Que vous vous trouviez dans la savane ou sur la rivière, il y en a toujours pour tous les goûts. Ne manquez pas de faire une croisière sur la rivière Chobe au coucher du soleil pour un spectacle de la nature incroyables.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Le meilleur du Botswana

Le Désert du Kalahari

Il s’agit de la grande plaine d’Afrique australe qui occupe presque tout le Botswana. Le Kalahari occidental est caractérisé par de nombreuses dunes qui s’étendent vers le nord. En plus des dunes, vous pouvez trouver de nombreux pans (lacs asséchés) telles que Mgagadikagdi Pan. Pendant la saison sèche, vous pouvez camper dans les pans et pendant la saison des pluies, vous pouvez profiter de la faune comme les flamants roses. Le Kalahari offre des paysages à couper le souffle et une abondance de vie animale.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Aventures au Botswana

Le Parc Transfrontalier Kgalagadi

Il s’agit d’un écosystème fragile du grand désert du Kalahari. Le parc, à cheval sur le Botswana et l’Afrique du Sud, couvre une surface totale de 38 000km². Ici, vous pouvez trouver un éventail d’animaux sauvages, du springbok au gnou en passant par les lions à crinière noire du Kalahari. Si vous préférez camper sous les étoiles, vous le pouvez. Si vous recherchez plus de confort, des lodges sont disponibles comme !Xaus Lodge.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Entre désert et safaris

Envie de découvrir les merveilles du Botswana, remplissez votre demande de devis en ligne.

Canyon de la rivière Kuiseb

Récit de 2 géologues allemands cachés dans le désert du Namib

L’histoire de deux géologues allemands, Henno Martin et Hermann Korn cachés dans le désert du Namib pendant deux ans et demi pendant la Seconde Guerre mondiale, est bien connue des Namibiens mais moins connue des visiteurs. Voici leur récit.

Henno Martin, né en 1910 à Fribourg (Allemagne), obtint un doctorat en sciences naturelles et géosciences à l’Université de Bonn.

Hermann Martin, né en 1907 à Seggerde (Allemagne), collectionnait des minéraux lorsqu’il était enfant et devint le plus jeune membre de la société géologique de Saalfeld à l’âge de 10 ans.

Les deux amis, profondément troublés par le tournant de la politique allemande du début du 20ème siècle, décidèrent de chercher du travail à l’étranger. 

En août 1935, les Drs Korn et Martin montèrent à bord du bateau à vapeur Usambara à destination de Walvis Bay. Au cours de leur trajet le long de la côte ouest de l’Afrique, ils visitèrent plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest : Guinée, Sierra Leone, Ghana, Nigéria etc.

Le 8 septembre 1935, ils arrivent à Walvis Bay. Leurs recherches géologiques commencent dans les monts Naukluft en octobre.

Sur la base de leurs recherches, Henno Martin et Hermann Korn réfutèrent l’éminent géographe, le professeur Erich Obst, qui avait considéré comme très probable la déshydratation à venir de la Namibie. Ce différend a abouti à une question politique, à la suite de laquelle les deux jeunes géologues ne purent pas retourner en toute sécurité en Allemagne.

Lorsque leurs fonds de recherche prirent fin, les deux amis durent trouver un emploi. En 1937, ils deviennent consultants dans le choix de l’emplacement des puits d’eau, ce pour quoi ils étaient bien formés.

Le vendredi 1er septembre 1939, ils apprirent à la radio que l’Allemagne nazie avait envahi la Pologne. La Seconde Guerre mondiale avait commencé.

Dès lors, commence l’internement des Allemands vivant dans en Namibie. Ainsi, les deux géologues restèrent provisoirement libres, mais durent restituer leurs armes de chasse. Ils purent poursuivre leur travail sous certaines conditions.

Le 25 mai 1940, avec le chien Otto d’Hermann Korn, une camionnette, un pistolet et un fusil de chasse, ils prirent la route au crépuscule vers le sud-ouest en direction du Namib jusqu’au versant supérieur de la rivière Kuiseb. Là, ils cachèrent leur véhicule et pendant les deux années suivantes (plus 100 jours), ils vécurent dans un isolement total, connectés à la civilisation uniquement via un récepteur à ondes courtes.

Comment 2 géologues Allemands ont-ils survécu cachés dans le désert pendant 100 jours ?

Les 2 géologues durent trouver des solutions astucieuses pour survivre dans le désert.

Leurs journées étaient essentiellement passées dans le cercle sans fin de la survie, à savoir trouver de la nourriture et de l’eau.

Ils n’avaient que ce qu’ils pouvaient apporter avec eux. Les approvisionnements étaient limités et basiques (farine, sucre, tabac, etc.). Ils durent apprendre à chasser.

Ils enlevèrent la batterie de leur voiture et la rapportèrent pour alimenter leur radio leur permettant de suivre le cours de la guerre et d’écouter des concerts symphoniques sur Radio Cape Town. La batterie a été chargée avec une éolienne. 

Ils s’inquiétaient de leurs empreintes dans le sable et donc fabriquèrent des semelles en caoutchouc qui ressemblaient à des traces d’oryx et de zèbres pour empêcher la détection.

Le quotidien était aussi fait de moments de répits durant lesquelles ils capturèrent leur vie quotidienne en photographies. Hermann Korn a peint aussi plusieurs paysages à l’aquarelle et jouais du violon. Malgré les difficultés, ils poursuivirent la cartographie de l’environnement et leurs recherches géologiques.

Durant les 2 prochaines années, ils changèrent d’abri à 3 reprises.

Dans leur 2ème cachette à Nausgomab, ils construisent même une maison à partir de dalles éparpillées dans la région.

L’eau devenant de plus en plus rare, ils décidèrent de construire un réservoir d’eau. Après deux semaines, le réservoir était prêt. On en voit encore les vestiges aujourd’hui.

Octobre 1941, seulement 8 jours après avoir terminé le réservoir d’eau, Hermann repéra une patrouille de police et ils décidèrent de se déplacer vers la troisième et dernière cachette.

Leurs réserves de nourriture s’amenuisent et le gibier s’était déplacé faute de ressources en eau. Le manque d’approvisionnement devenant critique, Hermann Korn entreprit un voyage audacieux jusqu’à Windhoek. il revint avec un large stock de nourriture pour le plus grand plaisir de Henno et Otto.

Mi-février 1942, la pluie arriva : 100 mm en une demi-heure. Leur maison fut engloutie. Les deux géologues réussirent à se réfugier sur le versant de la montagne où ils érigèrent une maison d’urgence.

La fin d’une aventure extraordinaire

Hermann, tomba gravement malade du béribéri (une maladie provoquée par un déficit en vitamine B1) nécessitant son hospitalisation le 2 septembre 1942. Henno le conduisit à Windhoek puis retourna avec Otto dans le désert.

Herman étant convaincu que Henno ne serait pas capable de survivre seul, donna l’emplacement à la police.

Henno, fut arrêté et emmené à Windhoek. Il passa deux jours en prison et deux semaines en isolement à l’hôpital, avant qu’Hermann ne soit assez bien pour qu’ils fassent face à un magistrat, accusé d’une longue liste d’infractions mineures.

Ils reçurent une petite amende, payée par des amis, et libérés. Avant même la fin de la guerre, ils furent embauchés par le gouvernement Namibienn pour mener l’exploration des eaux souterraines.

Des destins extraordinaires se séparent

Le 9 août 1946 Hermann Korn meurt dans un accident de voiture.

En 1947, Henno est nommé directeur de la branche Namibie du South African Geological Survey  jusqu’en 1963 où devient directeur de l’Unité de recherche précambrienne à l’Université du Cap. Après seulement deux ans au Cap, Henno s’est vu offrir un poste prestigieux chaire à l’Institut géologique et paléontologique de l’Université de Göttingen (Allemagne), poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 1975.

Le livre de Henno Martin “The Sheltering Desert”, est une lecture recommandée pour tous ceux qui souhaitent retracer les aventures de Henno Martin et Hermann Korn. The Sheltering Desert est maintenant dans le domaine public et ne peut être acheté que d’occasion (si vous êtes chanceux). Une copie pdf complète (en Anglais) est disponible ici.