Aurelie Tabart

Hwange National Park in Zimbabwe

Why visit Hwange National Park (Zimbabwe) ?

Hwange National Park is the largest national park in Zimbabwe and sees thousands of visitors every year. Hwange has over 100 different species of mammals and over 400 different species of birds. It is situated only 3hrs away from World-famous Victoria Falls, making it the perfect bush gateway! African Heart Travel tells you why it is bucket-list candidate on a safari holiday in Southern Africa.

During the dry season from July to October, the watering holes become a haven for fauna while the flora thins out making the animals easier to spot. This makes your stay inevitably more crowded due to the popular time of year.

However, if you’re looking for a quieter holiday then you should consider visiting during the green season months from November to April. Visiting during this time will mean the fauna will be greener and if you’re lucky you might spot new-borns finding their feet in the wild. For bird enthusiasts the green season is the best time of year for bird spotting as flocks migrate in massive numbers to the park. Visiting during the green season means that the rain has turned much of the dry plains into grasslands which attract all sorts of animals such as zebra, impala, waterbuck and kudu. The presence and amount of all these grazers attract predators and there is a good chance you could catch a lion or cheetah on the hunt for some lunch.

Hwange National Park is one of the last few elephant sanctuaries left in Africa and as such it is very likely that you will see plenty. A heard of 100 strong elephants can also be seen. It is also famous for its numerous wild dogs packs. In fact, the HQ of the local NGO Painted Dog is based here and monitors the healthy population of wild dogs living in the park.

The park also offers a thrilling night drive experience for guests. We have a few gems for you choose from for your stay in Hwange such as The Private Hide or Camp Hwange

There is no permanent watering source in the park as the animals rely on the numerous watering holes that pop up after the heavy rains. However, the park has maintained a number of these watering holes throughout the year which ensures the livelihood of many animals.

With so many different species of animals and plants to see Hwange National Park is definitely a place to visit for anyone in search of an authentic wildlife experience. And you just so happen to know the right person to ask : Our team ! 

Balade en mokoro

Les merveilles du Botswana

Le Botswana est un pays grandiose que nous adorons. Découvrez les merveilles du Botswana dans notre article ci-dessous.

Le delta de l’Okavango

L’Okavango, avec ses 1 500 km de long, est le troisième plus grand fleuve d’Afrique australe. Le delta de l’Okavango est situé au nord-ouest du Botswana. Il est composée de marécages permanents (600 000 ha) et de prairies saisonnièrement inondées (1,2 million d’hectares). Il s’agit d’un des très rares grands systèmes de deltas intérieurs n’ayant pas de débouché dans la mer et d’un système de zones humides quasi intact. Une des caractéristiques uniques de ce site est que les crues annuelles se produisent en saison sèche, de sorte que les plantes et les animaux ont synchronisé leur rythme biologique avec les crues et les pluies annuelles. Naturellement, grâce à ses eaux, il est possible de voir les big 5 : lion, éléphant, rhinocéros, buffle et éléphant mais aussi de nombreux autres mammifères, plus de espèces d’oiseaux et au moins 80 espèces de reptiles. 

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Magie du Botswana

La réserve de Moremi

La réserve de Moremi (environ 5 000km²) est une zone protégée à l’est du delta de l’Okavango. Elle a été nommé d’après le chef Moremi de la tribu BaTawana. Ce magnifique paradis possède l’un des écosystèmes les plus riches d’Afrique tout en abritant les espèces de grands mammifères les plus menacées : le guépard, le rhinocéros blanc et noir, le lycaon et le lion. Que vous cherchiez à camper dans la nature ou que vous préfériez un hébergement de luxe, vous pouvez trouver le type d’aventure que vous recherchez. Pour vous rendre dans ce paradis faunique, vous devez prendre un avion-taxi depuis Maun pour rejoindre le.s lodge.s que vous aurez choisi. Si vous voyagez par la route un 4×4 sera nécessaire.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : 100% safari au Botswana

Le Parc National Chobe

Dans ce magnifique parc, vous ne manquerez pas de voir une faune abondante parmi de grands troupeaux de buffles, des troupeaux d’éléphants et des prédateurs. Chobe est un véritable paradis pour les familles, les couples et les voyageurs chevronnés. Que vous vous trouviez dans la savane ou sur la rivière, il y en a toujours pour tous les goûts. Ne manquez pas de faire une croisière sur la rivière Chobe au coucher du soleil pour un spectacle de la nature incroyables.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Le meilleur du Botswana

Le Désert du Kalahari

Il s’agit de la grande plaine d’Afrique australe qui occupe presque tout le Botswana. Le Kalahari occidental est caractérisé par de nombreuses dunes qui s’étendent vers le nord. En plus des dunes, vous pouvez trouver de nombreux pans (lacs asséchés) telles que Mgagadikagdi Pan. Pendant la saison sèche, vous pouvez camper dans les pans et pendant la saison des pluies, vous pouvez profiter de la faune comme les flamants roses. Le Kalahari offre des paysages à couper le souffle et une abondance de vie animale.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Aventures au Botswana

Le Parc Transfrontalier Kgalagadi

Il s’agit d’un écosystème fragile du grand désert du Kalahari. Le parc, à cheval sur le Botswana et l’Afrique du Sud, couvre une surface totale de 38 000km². Ici, vous pouvez trouver un éventail d’animaux sauvages, du springbok au gnou en passant par les lions à crinière noire du Kalahari. Si vous préférez camper sous les étoiles, vous le pouvez. Si vous recherchez plus de confort, des lodges sont disponibles comme !Xaus Lodge.

Notre itinéraire qui vous conduit ici : Entre désert et safaris

Envie de découvrir les merveilles du Botswana, remplissez votre demande de devis en ligne.

Canyon de la rivière Kuiseb

Récit de 2 géologues allemands cachés dans le désert du Namib

L’histoire de deux géologues allemands, Henno Martin et Hermann Korn cachés dans le désert du Namib pendant deux ans et demi pendant la Seconde Guerre mondiale, est bien connue des Namibiens mais moins connue des visiteurs. Voici leur récit.

Henno Martin, né en 1910 à Fribourg (Allemagne), obtint un doctorat en sciences naturelles et géosciences à l’Université de Bonn.

Hermann Martin, né en 1907 à Seggerde (Allemagne), collectionnait des minéraux lorsqu’il était enfant et devint le plus jeune membre de la société géologique de Saalfeld à l’âge de 10 ans.

Les deux amis, profondément troublés par le tournant de la politique allemande du début du 20ème siècle, décidèrent de chercher du travail à l’étranger. 

En août 1935, les Drs Korn et Martin montèrent à bord du bateau à vapeur Usambara à destination de Walvis Bay. Au cours de leur trajet le long de la côte ouest de l’Afrique, ils visitèrent plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest : Guinée, Sierra Leone, Ghana, Nigéria etc.

Le 8 septembre 1935, ils arrivent à Walvis Bay. Leurs recherches géologiques commencent dans les monts Naukluft en octobre.

Sur la base de leurs recherches, Henno Martin et Hermann Korn réfutèrent l’éminent géographe, le professeur Erich Obst, qui avait considéré comme très probable la déshydratation à venir de la Namibie. Ce différend a abouti à une question politique, à la suite de laquelle les deux jeunes géologues ne purent pas retourner en toute sécurité en Allemagne.

Lorsque leurs fonds de recherche prirent fin, les deux amis durent trouver un emploi. En 1937, ils deviennent consultants dans le choix de l’emplacement des puits d’eau, ce pour quoi ils étaient bien formés.

Le vendredi 1er septembre 1939, ils apprirent à la radio que l’Allemagne nazie avait envahi la Pologne. La Seconde Guerre mondiale avait commencé.

Dès lors, commence l’internement des Allemands vivant dans en Namibie. Ainsi, les deux géologues restèrent provisoirement libres, mais durent restituer leurs armes de chasse. Ils purent poursuivre leur travail sous certaines conditions.

Le 25 mai 1940, avec le chien Otto d’Hermann Korn, une camionnette, un pistolet et un fusil de chasse, ils prirent la route au crépuscule vers le sud-ouest en direction du Namib jusqu’au versant supérieur de la rivière Kuiseb. Là, ils cachèrent leur véhicule et pendant les deux années suivantes (plus 100 jours), ils vécurent dans un isolement total, connectés à la civilisation uniquement via un récepteur à ondes courtes.

Comment 2 géologues Allemands ont-ils survécu cachés dans le désert pendant 100 jours ?

Les 2 géologues durent trouver des solutions astucieuses pour survivre dans le désert.

Leurs journées étaient essentiellement passées dans le cercle sans fin de la survie, à savoir trouver de la nourriture et de l’eau.

Ils n’avaient que ce qu’ils pouvaient apporter avec eux. Les approvisionnements étaient limités et basiques (farine, sucre, tabac, etc.). Ils durent apprendre à chasser.

Ils enlevèrent la batterie de leur voiture et la rapportèrent pour alimenter leur radio leur permettant de suivre le cours de la guerre et d’écouter des concerts symphoniques sur Radio Cape Town. La batterie a été chargée avec une éolienne. 

Ils s’inquiétaient de leurs empreintes dans le sable et donc fabriquèrent des semelles en caoutchouc qui ressemblaient à des traces d’oryx et de zèbres pour empêcher la détection.

Le quotidien était aussi fait de moments de répits durant lesquelles ils capturèrent leur vie quotidienne en photographies. Hermann Korn a peint aussi plusieurs paysages à l’aquarelle et jouais du violon. Malgré les difficultés, ils poursuivirent la cartographie de l’environnement et leurs recherches géologiques.

Durant les 2 prochaines années, ils changèrent d’abri à 3 reprises.

Dans leur 2ème cachette à Nausgomab, ils construisent même une maison à partir de dalles éparpillées dans la région.

L’eau devenant de plus en plus rare, ils décidèrent de construire un réservoir d’eau. Après deux semaines, le réservoir était prêt. On en voit encore les vestiges aujourd’hui.

Octobre 1941, seulement 8 jours après avoir terminé le réservoir d’eau, Hermann repéra une patrouille de police et ils décidèrent de se déplacer vers la troisième et dernière cachette.

Leurs réserves de nourriture s’amenuisent et le gibier s’était déplacé faute de ressources en eau. Le manque d’approvisionnement devenant critique, Hermann Korn entreprit un voyage audacieux jusqu’à Windhoek. il revint avec un large stock de nourriture pour le plus grand plaisir de Henno et Otto.

Mi-février 1942, la pluie arriva : 100 mm en une demi-heure. Leur maison fut engloutie. Les deux géologues réussirent à se réfugier sur le versant de la montagne où ils érigèrent une maison d’urgence.

La fin d’une aventure extraordinaire

Hermann, tomba gravement malade du béribéri (une maladie provoquée par un déficit en vitamine B1) nécessitant son hospitalisation le 2 septembre 1942. Henno le conduisit à Windhoek puis retourna avec Otto dans le désert.

Herman étant convaincu que Henno ne serait pas capable de survivre seul, donna l’emplacement à la police.

Henno, fut arrêté et emmené à Windhoek. Il passa deux jours en prison et deux semaines en isolement à l’hôpital, avant qu’Hermann ne soit assez bien pour qu’ils fassent face à un magistrat, accusé d’une longue liste d’infractions mineures.

Ils reçurent une petite amende, payée par des amis, et libérés. Avant même la fin de la guerre, ils furent embauchés par le gouvernement Namibienn pour mener l’exploration des eaux souterraines.

Des destins extraordinaires se séparent

Le 9 août 1946 Hermann Korn meurt dans un accident de voiture.

En 1947, Henno est nommé directeur de la branche Namibie du South African Geological Survey  jusqu’en 1963 où devient directeur de l’Unité de recherche précambrienne à l’Université du Cap. Après seulement deux ans au Cap, Henno s’est vu offrir un poste prestigieux chaire à l’Institut géologique et paléontologique de l’Université de Göttingen (Allemagne), poste qu’il occupa jusqu’à sa retraite en 1975.

Le livre de Henno Martin “The Sheltering Desert”, est une lecture recommandée pour tous ceux qui souhaitent retracer les aventures de Henno Martin et Hermann Korn. The Sheltering Desert est maintenant dans le domaine public et ne peut être acheté que d’occasion (si vous êtes chanceux). Une copie pdf complète (en Anglais) est disponible ici.

Challenges d'Afrique du Sud

Le guide de survie d’un voyage en Afrique du Sud

Lors de votre prochain voyage en Afrique du Sud, vous pourriez bien rencontrer certains des challenges ci-dessous. Pour vous aider à préparer votre voyage et mieux aborder ces défis, African Heart Travel a listé les 5 grands défis d’un voyage en Afrique du Sud dans le guide de survie ci-dessous : 

Délestage (ou loadshedding

En Afrique du Sud, l’énergie est une ressource vitale qui doit être gérée efficacement. Afin de réduire la pression sur le système central électrique, Eskom, la principale entreprise en charge a mis en place une stratégie. Il s’agit de couper occasionnellement l’alimentation de certaines zones. Cela signifie qu’il peut y avoir des périodes allant jusqu’à 2,5 heures pendant lesquelles vous pouvez être sans électricité. Ne vous inquiétez pas, le courant reviendra après la période terminée. Lorsque vous êtes en Afrique du Sud, demandez toujours à vos hôtes local si vous subirez un délestage pendant cette période. Alternativement, il existe quelques applications mobiles que vous pouvez télécharger pour suivre les événements de délestage à travers le pays ou bien encore consulter le calendrier de délestage sur le site d’Eskom.

Les nids-de-poule (ou potholes)

Les nids-de-poule en Afrique du Sud sont un problème ancien lié au vieillissement des infrastructures de l’Afrique du Sud. Rien qu’à Johannesburg, une moyenne de 1 000 nids de poule sont signalés par semaine. Lorsque vous conduisez, en particulier la nuit lorsque la visibilité est réduite, soyez prudent car vous ne savez jamais quand vous pourriez rencontrer un nid-de-poule. Dans certaines régions reculées du pays, les nids-de-poule sont si profonds qu’ils peuvent causer une crevaison. 

Restrictions d’eau 

En 2018, Le Cap a connu de graves pénuries d’eau qui ont entraîné des restrictions plus strict de l’utilisation de l’eau. Afin d’éviter les soi-disant le jour zéro des mesures ont été mises en place. Par conséquent, lors de votre visite en Afrique du Sud, gardez à l’esprit qu’ici (et ailleurs) l’eau est rare et, en tant que telle, vous devez faire attention lorsque vous faites couler le robinet et que vous utilisez de l’eau. Si la région devait être à nouveau en situation critique, des politiques plus strictes seront mises en œuvre, ce qui signifiera qu’une limite de 25 litres par personne et par jour sera mise en œuvre. Le niveau 6 étant le niveau le plus élevé et le niveau 1 étant le plus laxiste des niveaux. Nos conseils pour voyager écolo, c’est par ici.

Le “système est en panne” (ou the system is down)

C’est une déclaration que vous êtes susceptible de rencontrer lors de votre voyage en Afrique du Sud ; que ce soit dans un lieu officiel comme à une frontière ou au supermarché local. Ceci s’applique aux ordinateurs (par ex. lorsque vous devez acheter du crédit de téléphone ou encore acheter des billets pour une excursion) mais aussi avec les terminaux bancaires et tout autre objet connectés. Ces pannes peuvent durer plusieurs heures voire jours. Si vous présentez à un.e opérateur/opératrice qui vous annonce que the system is down… préparez à revenir le lendemain!

Les accents d’Afrique du Sud

Lorsque vous atterrissez pour la première fois en Afrique du Sud, vous avez peut-être du mal à comprendre les habitants et leurs accents. Gardez à l’esprit que l’anglais est la langue maternelle de seulement 3% de la population du pays. C’est la langue des affaires, de l’éducation et de toutes les affaires gouvernementales, mais c’est la deuxième ou la troisième langue de tout le monde. Cela étant dit, vous entendrez une variété d’accents lorsque vous commencerez à voyager à travers la nation arc-en-ciel!

Ne soyez pas inquiets, l’équipe d’African Heart Travel fournis à tous ses clients un carnet de voyage détaillé avec tous les conseils précieux pour un voyage en Afrique du Sud dans les meilleurs conditions.

 

Durban

Why we love Durban ?

Ever wondered why we love Durban, the 3rd biggest city in South Africa. Here is why :

Durban is a city rich in diversity and culture. There are so many things to do in this sub-tropical climate. This means that you can experience warm and sunny winters as well as hot and humid summers. The average temperature in winter is a pleasant 23° while summers can reach an average of 27° to 29°. Most of the rainy weather occurs during the summer months from October to March with the driest months being from June to July.

Lots of activities for the entire family

Due to its geographical location and sub-tropical climate Durban is a great place for water-loving enthusiasts. Durban offers a sixteen-hectare water theme park with fun and entertainment to suit the whole family. Ushaka Marine World offers 8 different attractions ranging such as Kids World and Ushaka beach and Sea World, the 5th largest aquarium in the world.

For those looking for a bit of adventure Durban has a lot to offer. If water sports are not your cup of tea you can experience the worlds tallest swing at the Moses Mabhida Stadium. A high adrenaline experience at the stadium which hosted the World Cup semi-finals in 2010. It is here where you can appreciate a 360-degree view of the city atop a 7-meter-high big rush big swing. Named the Worlds Tallest Swing by the Guinness Book of records. You can take a leap of faith and gently swing right into the stadium bowl. 

If you’re looking for a little bit of peace and quiet the Hare Krishna Temple of Understanding is a must. Here you will find three tall gold and white domes reaching up to the sky above an octagon roof which is truly an architectural wonder. There is a little something for everyone with an east-meets-west, traditional-meets-modern-meets-futuristic stylings. You can spend the afternoon working on your inner peace at one of the Arati services or fill your belly with delicious vegetarian meals at the Govinda’s restaurant. If you are really hungry you can experience the Bunny chow, original take away food, at the Chow Down. A hollowed-out loaf of bread filled with delicious curry makes for the perfect portable lunch without the need for any Styrofoam. If a whole loaf seems like to large a task them ordering a Kota will get you a quarter loaf bunny chow. The Chow Down is a must dating back to 1940 and originated in the Durban-Indian community.

If you’re looking to spice up your life you can visit one of Durban’s traditional markets. You can immerse yourself in the local culture at Victoria Street Market where you will find rich Indian and African products to pique your interest. The lower floor of the market is dedicated to fresh produce and meats the upper floor is where you can find souvenirs and jewellery and clothes.

Durban is known as the home of the Zulu nation one of the many indigenous tribes that reside in South Africa. Phuzulu Safari Park is where you can gain a lot of insight into the Zulu culture. Learn more about the Zulu people and how they made spears and shields used in traditional combat. Here you will also be treated to a traditional Zulu dance show. Note that it is an artificial set up and not the modern way of living.

With a variety of different cultures and activities for anyone to enjoy it’s easy to see why Durban is loved by so many people.

Feel like this is the next place to visit on your bucket list, give us a call +27 65 675 5083 or send us an email.

Nelson Mandela

5 lieux incontournables liés à Nelson Mandela

Un voyage en Afrique du sud n’est pas complet tant que le héros national n’a pas fait son apparition dans celui-ci. Si vous avez déjà lu la biographie de Nelson Rolihlahla Mandela, un long chemin vers la liberté, alors vous vous souviendrez sans doute de ces 5 lieux incontournables liés à la vie de ce grand Homme.

Robben Island

Ile située au large de Cape Town. Nelson Mandela y fut emprisonné pendant 18 des 27 années de prison qu’il a effectuée. Forcé à travailler dans les carrières de l’île, il y trouva pourtant le courage de pardonner ses bourreaux et de reconstruire le pays sur la base du pardon et de la réconciliation. L’île se visite en 2 temps, une partie à pied dans les locaux de l’ancienne prison, guidé par un ancien prisonnier politique et une partie autour de l’île en bus avec un guide local. Droit d’entrée : R 550/personne. Les tickets peuvent être achetés ici

Le musée de l’apartheid

De loin le plus complet et le plus beau musée du pays, à notre avis. A travers 22 grandes dates de l’histoire récente de l’Afrique du sud, le visiteur a un aperçu documenté et visuel de la réalité du régime d’apartheid. Comptez au moins 2h30 de visite. Ce musée se trouve près du casino Gold Reef City, un peu excentré des autres points d’intérêt de la ville. Il est accessible avec les bus rouges à étages. Droit d’entrée R 100/par personne. Lors de votre découverte de Soweto avec African Heart Travel vous visiterez le musée.

Mandela’s house au 8115 Vilakazi Street à Soweto

En visitant à pied Soweto, vous pourrez vous rendre dans la maison de Nelson Mandela, située au 8115 Vilakazi Street. Il y vécu avec sa première épouse, Evelyn puis sa seconde, Winnie. Il y retourna à sa sortie de prison en 1990 pour 11 jours, durant lesquels il est dit qu’il ne put dormir du fait des visites incessantes des habitants du quartier, jour et nuit. On y découvre des objets de la vie courante des Mandela et des vidéos y retransmettent des interviews de leurs proches. Droit d’entrée R 60/personne. 

Prison de Drakenstein

Ce fut le lieu de libération de Nelson Mandela en 1990. Il marcha, point levé, avec Winnie, sa deuxième femme, à ses côtés en homme libre après 27 ans de prison. Il y séjourna 14 mois en résidence surveillée. Malheureusement celle-ci ne se visite pas. En tant que guide, j’ai eu le privilège de m’y rendre, accompagné de l’un des anciens gardes de Nelson Mandela. Un grand moment d’émotion lorsque celui-ci raconte ses souvenirs de ce grand homme.

Site de capture de Nelson Mandela

Le site se situe à 5 kilomètres de Howick, dans la province du Kwa-Zulu Natal. Le 5 août 1962, sur cette petite route de campagne, fut capturé par la police le futur président, Nelson Mandela. Au volant d’un véhicule banal, il fut arrêté après avoir échappé à la justice pendant 17 mois. Des soupçons sur des membres infiltrés de l’ANC laissent planer le doute depuis d’un coût monté ayant conduit à l’arrestation. Droit d’entrée : R 100/personne. 

Ces 5 lieux incontournables liés à la vie extraordinaire de Nelson Mandela sont à découvrir avec African Heart Travel. Contactez-nous pour un devis gratuit en remplissant le formulaire de contact.