Date : Septembre 2009

Lieu : Hoedspruit, Afrique du sud

Lors de mon arrivée dans la province du Limpopo, à l’est de l’Afrique du sud, j’ai rejoint un lodge pour un stage d’initiation au métier de ranger. Les premiers jours furent surtout de l’observation et beaucoup de lecture d’ouvrage liés aux animaux sauvage de la savane Africaine. Le programme du lodge incluais 2 jours entiers dans le célèbre parc Kruger.

Ce matin-là, je suis débout avant le soleil. Je trépigne à l’idée de me rendre dans ce temple de la vie sauvage. Je suis prête : appareil photo, jumelles, tenue beige/kaki, bottes etc.

Après une trentaine de minutes, nous sommes à la porte d’Orpen. Et nous y voilà, nous entrons dans le parc. Les premières heures s’avèrent longues et décevantes (à mon goût). C’est seulement en fin d’après-midi que l’excitation va monter.

Alors que nous roulons sur l’une des grandes artères du parc, déserte, j’aperçois au loin (au moins 200 m) un félin allongé sur une branche. Arrêt brutal et vérification aux jumelles : C’est un léopard. Perché avec sa proie dans un immense figuier.

Léopard

Et là, magie de Kruger (déjà à l’époque), environ 30 véhicules nous encerclent en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « léopard ». Appareils photos avec zoom de 1 m de long, jumelles, visiteurs sur les toits et capots de voiture. Il nous faudra plus d’ une heure avant de pouvoir quitter cette scène. Kruger, Kruger, Kruger…